Posted in ALBUM

Smackwater Jack (Quincy Jones), une dream team de musiciens jazz triés sur le volet

Plus encore que « Gula Matari » (1970, A&M), « Smackwater Jack » marque un tournant dans la discographie de Quincy Jones : c’est la première fois qu’il s’essaye à autant de styles en à peine 42 minutes. Jazz, blues, pop, gospel, musique de film.Quincy Jones combine tous ses savoir-faire avec une confondante facilité, au risque de tomber dans le piège du disque-catalogue, qu’il évite cependant grâce aux efforts combinés de trois producteurs : Phi Ramone, Ray Brown et Jones lui-même.

Posted in ALBUM

Kind Of Blue (Miles Davis), ou la quintessence du jazz modal

Miles vient alors de rencontrer un grand succès commercial avec Miles Ahead (1957) et Porgy & Bess (1958), deux disques enregistrés en grand ensemble sous la direction de l’arrangeur Gil Evans. Mais, en ce début d’année 1959, Miles Davis aspire à réintégrer le studio de la 30th Street avec une formation réduite. Il sait que son sextet est prêt maintenant à donner corps à son projet d’album entièrement basé sur la libre interprétation et les principes de la modalité.

Posted in ALBUM

Força bruta (Jorge Ben), ni politisé ni conformiste

En 1964, un coup d’Etat instaure une dictature militaire au Brésil. Face à la censure, à l’exil forcé, aux emprisonnements, la musique brésilienne se polarise : d’un côté les musiciens engagés tels que Caetano Veloso, Chico Buarque ou Gilberto Gil ; et de l’autre la musique commerciale et naïve de la  » Jovem Guarda « , du ié-ié-ié, représentée par Roberto Carlos, Erasmo Carlos et Wanderléa.

Posted in ALBUM

Abbey Road (The Beatles), l’ultime opus des Fabs four

Sur la pochette, pas de titre ni de nom de groupe. Kosh, le directeur artistique qui a orchestré ce visuel légendaire, a justifié son choix lors d’une interview pour la BBC en 2009, à l’occasion du quarantième anniversaire de la sortie The Beatles Abbey Road : “Je leur ai assuré qu’on n’avait pas besoin d’écrire le nom du groupe sur la pochette. Ils étaient le groupe le plus célèbre du monde, après tout.

Posted in ALBUM

Nia (Blackalicious), rap festif et métissé made in California

DJ Shadow était le plus visible, mais il n’a jamais été isolé. Avant que le fondamental Endtroducing… ne lui apporte la renommée que l’on sait, il était partie prenante de Solesides, label essentiel de la Baie de San Francisco, cette Bay Area où s’était épanouie, depuis Del et Digital Underground, le hip-hop le plus malin et le plus créatif de Californie.

Posted in ALBUM

1999 (Cassius), LP fonctionnel à l’euphorie contagieuse

Difficile d’échapper aux uppercuts calibrés Cassius, star programmée de la house française. C’est curieusement avec ce projet Cassius 1999, le plus sage d’une déjà riche carrière, que Hubert Boombass et Philippe Zdar, parrains de la French touch, devaient remporter leur premier titre mondial avec 1999, un album fonctionnel à l’euphorie contagieuse.

Posted in ALBUM

Maggot Brain (Funkadelic), magnifique bâtardise stylistique et partouze funkadélique

« La Terre Mère est enceinte pour la troisième fois, et c’est vous tous qui l’avez engrossée. J’ai goûté les asticots de l’esprit universel, et je ne me suis pas senti offensé. Car je savais que je devais m’élever au-dessus de tout cela sous peine de me noyer dans ma propre merde ».C’est par cette citation apocryphe que débute Maggot Brain, album marquant la mise sur orbite de la fusée Funkadelic, groupe de légende fondé par George Clinton, premier fils d’une famille de neuf enfants, né dans la misère le 22 juillet 1942 à Kannapolis, minuscule bourgade de Caroline-du-Nord.

Posted in ALBUM

Uprising (Bob Marley), second volet d’un triptyque inachevé

Second volet d’un triptyque qu’il ne pourra jamais achever, Uprising est encore plus sombre et plus sobre que Survival. Marley décide de délaisser définitivement les cuivres pour décupler l’impact du socle basse-batterie. Il poursuit ses fusions funk (« Pimper’s Paradise ») et disco (« Could You Be Loved ») en sublimant le jeu de guitare de l’Américain Al Anderson (sur « Zion Train » par exemple).

Posted in ALBUM

Sgt pepper’s lonely hearts club band (The Beatles), chef-d’œuvre de pop baroque et disque drogué

La période qui s’ouvre pour les Beatles au mois de novembre 1966 et qui se refermera en février 1968 fait à la fois figure de grand carrefour multisensoriel et de virage radical, pour le groupe comme pour toute la musique pop des années 1960. Durant ces seize mois intensément remplis, les Beatles vont ainsi enregistrer près d’une trentaine de chansons disséminées sur divers singles, EP et B.O. de films, et surtout sur l’album qui cristallise leur mutation en sorciers de studio : Sgt Pepper’s Lonely Hearts Club Band.

Posted in ALBUM

Two Sevens Clash (Culture), pilier du reggae roots

Une pièce maîtresse du reggae roots, un album qui a su capturer l’essence même d’un peuple et d’une spiritualité, voici ce qu’est Two Sevens Clash. Profondément rasta et jamaïcain, Joseph Hill, le leader charismatique du trio vocal, offre une synthèse parfaite de ce que le reggae roots a pu être à son âge d’or : des textes gorgés de foi rasta et de militantisme panafricain mêlés à des compositions reggae riches de sonorités en provenance directe d’Afrique et du folklore des Caraïbes.

Posted in ALBUM

Transformer (Lou Reed), le meilleur album de David Bowie ?

Après quatre albums officiels du Velvet Underground, Lou Reed, exsangue, fauché et humilié par les échecs systématiques, finit en 1970 par laisser le groupe à la dérive, qui sortira même sans lui un ultime album, Squeeze, en 1973. Battu, abattu, il songe à tout abandonner, pour reprendre l’entreprise paternelle de comptabilité. Pour gagner de l’argent de poche et financer des régimes alimentaires qu’il a décidé d’opposer à son hygiène de vie chaotique, il ramasse les poubelles sur les plages de Long Island, gère de la paperasserie pour son père.

Posted in ALBUM

Dream Letter, Live In London (Tim Buckley), un jazz-folk aussi lyrique qu’expérimental

Après deux disques, Tim Buckley (1966) et surtout Goodbye And Hello (1967), qui firent de lui une des grandes figures du folk post dylanien, le jeune californien Tim Buckley, à la voix exceptionnelle, commence à faire parler de lui outre-Atlantique, entraînant la BBC à diffuser le premier concert de l’artiste sur le sol britannique, le 1er juillet au Queen Elizabeth Hall de Londres.

Posted in ALBUM

Recital na Boite Barroco (Maria Bethania), une nymphe un brin sorcière

Ce disque présente un concert enregistré à Sâo Paulo en pleine vague tropicãlia, sans en avoir la moindre des caractéristiques.Même l’impudique pochette ne doit rien au fantasque ou à la légèreté des hippies, mais plutôt à l’idée – plus littéraire – que l’on peut se faire d’une nymphe un brin sorcière, au regard plus grave que suave. Cet imaginaire, Bethânia le met au service de son chant ombrageux et exigeant.

Posted in ALBUM

Clube da Esquina (Milton Nascimento & Lô Borges), un songwriting coloriste et mystique

C’est l’histoire d’un groupe d’amis qui rentre dans l’Histoire par le truchement d’un double album Clube da Esquina rempli de futurs classiques.Les chansons de Clube da Esquina, écrites par le duo Borges/Nascimento – représenté par deux gamins des rues sur la pochette – sont mises en son par une équipe dont presque chaque membre deviendra un musicien recherché.Ces mineiros (habitants du Minas Gerais, région située à l’ouest de Rio) prennent ici le risque de concevoir leur songwriting sous un angle coloriste et mystique, à l’image de leur aîné Edu Lobo.