Posted in ALBUM

Aux armes et caetera (Serge Gainsbourg), phrasé « talk over » et rythmiques reggae

À l’époque où Serge Gainsbourg décide d’enregistrer aux armes et caetera, sa cote d’amour navigue à marée basse, ses derniers disques – Rock Around the Bunker, L’homme à tête de chou – étant autant d’échecs commerciaux. Seule sa maison de disques Philips semble encore croire en lui en tant qu’interprète. L’année d’aux armes et caetera, en 1979, Serge Gainsbourg écoute du reggae et aime vraiment cette musique : « C’était mon époque reggae, j’en avais marre de Londres, je suis parti après la mort des Sex Pistols… je me suis cassé et j’ai pris les musicos de Tosh et la femme de Marley. J’ai fait deux 33T avec eux, le premier à Kingston et le second à Nassau.

Posted in ALBUM

Rust Never Sleeps (Neil Young), un jalon essentiel du post-punk

A la sortie de son album Comes A Time, Neil Young est en plein désarroi. La vague punk vient de surgir emportant tout sur son passage. Fasciné par cette nouvelle émergence musicale, le Loner se doit de répliquer. Le canadien commence alors une tournée revigorante, placée sous les auspices d’un renouveau artistique que personne n’attendait de la part de Neil Young. Rust Never Sleeps. Fin 1978, proposant un show complexe et très élaboré, l’homme fait salle comble tous les soirs. Les concerts commencent par un set acoustique, où Young fait face seul à son public, uniquement armé de sa guitare et de son harmonica, revisitant ses grands classiques, datant parfois du Buffalo Springfield. Après une entracte, le Loner revient, cette fois accompagné de ses fidèles accompagnateurs du Crazy Horse. Le concert électrique peut alors commencer, marqué par un son âpre, rugueux, aigre.

Posted in ALBUM

Placebo years (Marc Moulin), de l’électro-jazz 70’s ultra créative

Pionnier du jazz fusion en Europe, le Belge Marc Moulin est marqué par Miles Davis, Soft Machine et les formations aventureuses de la fin des années 1960. Après quelques années passées à sillonner l’Europe en tant que pianiste, il forme Placebo en 1969, alors que les musiques pop et le jazz commencent à s’agréger et à laisser la place à des compositions de plus en plus libres. Influencé par la trompette de Miles Davis et le clavier d’Herbie Hancock, Placebo enregistre ses premières compositions au début de la décennie.

Posted in ALBUM

Mali Music (Damon Albarn), carnets de voyage musical non identifié

Touche-à-tout génial de la musique pop britannique avec ses groupes Blur et Gorillaz, Damon Albarn est saisi par la grâce en visitant le Mali en 2000. Il fonde le collectif Africa Express, rencontre de musiciens de trois continents mettant les artistes maliens à l’honneur. Fasciné par ce premier voyage, bercé par ses rencontres musicales, il va composer une musique onirique à souhait. Le projet aurait pu donner un ovni commercial insipide, mais c’est un carnet de voyage musical surprenant.

Posted in ALBUM

Hejira (Joni Mitchell), la symbiose selon Mitchell et Pastorius

En 1974, Joni Mitchell règne sur l’univers de la pop, adorée par la critique et par des millions de fans pour sa série d’albums brillants, souvent douloureusement personnels, qui atteint son apogée cette année-là avec le succès de Court and Spark.Joni Mitchell HejiraL’année précédant Joni Mitchell Hejira, l’album The Hissing of Summer Lawns en 1975 marque une transition vers un son plus complexe et nuancé.Les confessions laissent la place à une série de vignettes sur les femmes des années 1970, des night-clubbeuses (« Edith and the Kingpin ») aux femmes riches qui s’ennuient (« The hissing of summer lawns ».

Posted in ALBUM

Bob Marley Exodus , l’album de l’exil forcé à Londres

Premier album studio de Bob Marley & the Wailers enregistré hors de la Jamaïque, Exodus est d’abord le disque de l’exil forcé. Le 3 décembre 1976, six hommes armés tirent sur Bob Marley et sa femme Rita à leur domicile de Kingston. Les causes sont nébuleuses.Le couple décide de s’exiler à Londres, où Bob Marley va peaufiner les chansons de Bob Marley Exodus, pour la plupart écrites avant son départ. Les journaux découvrent sa présence à Londres par hasard lorsqu’il est arrêté pour possession de cannabis. Traînant dans Babylone, Marley entend les Clash pour la première fois.

Posted in ALBUM

Dusty in memphis (D. Springfield), rencontre d’une diva blanche avec la musique noire américaine

En 1968, l’avenir semble scellé. La pop est out et le rock psyché in. Les interprètes de sexe féminin ont du mal à trouver des chansons à succès. Dusty Springfield ne fait pas exception. Ses derniers tubes, que ce soit d’un côté de l’Atlantique comme de l’autre, remontent à l’été 1966. Dusty in memphisAhmet Ertegun, directeur visionnaire d’Atlantic Records, n’a pas d’idée précise sur ce qui deviendra Dusty in memphis mais comprend qu’elle est une interprète aussi douée qu’Aretha Franklin. Il veut la faire enregistrer en studio avec l’orchestre qui a fait le succès de la diva soul.

Posted in ALBUM

Blue Lines (Massive Attack), entre B.O. atmosphérique et dub enfumé

Entre B.O. atmosphérique et dub enfumé, electro lascive et pop stellaire, soul opulente et hip-hop panoramique, les Bristoliens inventent une musique et une esthétique qui vont irradier non seulement toute une scène britannique mais aussi mondiale.En langage militaire à fleurs, on appelle ça des dommages collatéraux. La première guerre du Golfe, en 1990-1991, eut ainsi un effet secondaire cocasse à des milliers de kilomètres de là : un collectif de Bristol dut changer de nom. Pendant les quelques mois du conflit, pour se plier au bannissement de tout mot rappelant de près ou de loin la rhétorique guerrière décidé par la toute-puissante BBC, Massive Attack Blue lines devint Massive, tout court.

Posted in ALBUM

Harvest (Neil Young), la trilogie de la boue part 1

Alors en pleine tournée de promotion de l’album Déjà vu, l’énorme succès de Crosby, Stills, Nash & Young tourne la tête de ses membres. Leur dernier concert en juillet 1970 marque la fin du groupe. Chacun commence alors une carrière solo qui s’avèrera de courte durée… à l’exception de notre serviteur.

Posted in ALBUM

Daft punk Homework , le groove synthétique

Sur les contreforts de la butte Montmartre, une avenue bordée de platanes. Une grille où l’on sonne pour accéder a un restaurant huppé. On repère enfin la fenêtre que l’on cherchait, entourée de deux immenses frênes. Derrière cette lucarne, les Daft Punk, Guy Manuel de Homem-Christo, alors âgé de 22 ans, et Thomas Bangalter, 21 ans, ont conçu leur premier album.

Posted in ALBUM

The Virgin Suicides (Air), pas une bande originale traditionnelle

De l’importance des premières fois… Avec The Virgin Suicides, Sofia Coppola étrenne sa carrière de metteur en scène, Kirsten Dunst explose dans son premier grand rôle et Air compose sa première bande originale de film.Air The Virgin SuicidesJean-Benoît Dunckel et Nicolas Godin viennent d’achever la tournée américaine de leur premier album, Moon Safari, lorsqu’ils croisent le chemin de la fille du réalisateur d’Apocalypse Now et du Parrain.

Posted in ALBUM

A Love Supreme (John Coltrane), véritable hymne de louanges au Créateur

Lorsqu’en décembre 1964, le saxophoniste est entré en studio avec le pianiste McCoy Tyner, le bassiste Jimmy Garrison et le batteur Elvin Jones, il s’était sorti depuis longtemps de son addiction aux drogues. Ce quartette a alors acquis la réputation d’être l’un des ensembles les plus innovants du jazz. Chacun de ses spectacles s’apparentait à une incursion dans l’inconnu, dans l’inouï. Et il n’était pas rare que les thèmes n’occupent qu’une place accessoire : l’essentiel était de voir ce qui pouvait en sortir en improvisation. Néanmoins, pour cette session d’enregistrement, John Coltrane avait tout défini au préalable : une suite structurée de bout en bout, commençant par une invocation forte et s’achevant sur une lente prière.

Posted in ALBUM

Winter In America (Gill Scott-Heron), portrait de la décadence économique américaine

En 1973, Gil Scott-Heron vient d’enregistrer deux albums pour Flying Dutchman, Pieces Of A Man et Free Will, qui comptent parmi ses plus réussis. Mais le torchon brûle avec Thiele. Après que le producteur a refusé de faire figurer à côté de son nom celui de son alter ego de toujours Brian Jackson, Gil prend ses cliques et ses claques et enregistre avec Brian un album pour Strata East, un petit label indépendant fondé par Charles Tolliver et Stanley Cowell sur la côte Est.