Les frères Phil et Leonard Chess, deux juifs polonais débarquent aux USA en 1928, alors qu’ils sont encore gamins. Après une escale à New York, ils rejoingnent leur père installé à Chicago dans le quartier juif, en bordure du south side.

Entreprenant, ils commencent par ouvrir un magasin d’alcool puis plusieurs clubs de jazz dans le south side, le plus célèbre étant le Mocamba Lounge (1938).

Chess recordsEn 1947, les deux frères s’associent à Charles et Evelyn Aron et fondent la firme Aristocrat Record Company. Désireux d’enregistrer un des chanteurs qui se produisent dans leurs boîtes de nuit, ils décident de se lancer dans le business du disque. En 1950, après avoir racheté les parts de Charles et Evelyn Aron, Leonard et Phil rebaptisent la firme Chess Records.

Les frères Chess vont réussir à attirer la plupart des bluesmen venus du delta du Mississippi, parmi lesquels Muddy Waters, Howlin’ Wolf, Sonny Boy Williamson II (Aleck « Rice » Miller), Little Walter et Bo Diddley. Le premier succès du label Chess s’appelle « I can’t be satisfied » par Muddy Waters en 1951. Le contrebassiste, arrangeur et producteur Willie Dixon, l’un des piliers de ces sessions de blues, est l’auteur de plusieurs classiques du label, dont I’m Your Hoochie Coochie Man ; personnalité aux multiples talents, Dixon est également le découvreur de Chuck Berry.

Alors que le rhythm and blues commence à pénétrer le marché pop, Chess Records et son label Checker enregistrent plusieurs groupes vocaux de doo-wop, comme The Moonglows ou The Flamingos, et prennent la direction des maisons d’édition musicale Arc Music et Jewel Music par l’intermédiaire de Maurice Levy. Ce dernier gérera la carrière d’Alan Freed et lui cédera une part des royalties sur les titres Sincerely des Moonglows et Maybellene de Chuck Berry.

En janvier 1969, Leonard Chess vend son label à G.R.T. (General Recorded Tape) pour 10 millions de dollars. Il meurt en octobre 1969 à l’âge de 52 ans, victime d’une crise cardiaque au volant de sa voiture. Phil et son fils Marshall quittent G.R.T. peu de temps après en 1971. Le label sera ensuite cédé en 1975 à All Platinum Records, filiale de Sugar Hill Records. Chess sera finalement rachetée en 1986 par M.C.A. Records (compagnie aujourd’hui intégrée dans Universal Music Group).

Plus opportunistes que véritables fans de blues, les frères Chess ont toujours eu mauvaise réputation, étant généralement accusés d’exploiter les musiciens et de s’enrichir sur leur dos.

Le label Chess a joué un rôle considérable pour le blues de Chicago, à une époque où le blues connaissait un virage important: l’électrification. Il en reste un catalogue d’une qualité exceptionnelle.

Une pensée sur “Chess records ®”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.