Posted in Uncategorized

Chronique /.

Never love alone
Chronique /. Posted on 4 septembre 2012Leave a comment
Never love alone

Ce quatrième album du troubadour Ecossais, non publié à l’origine en Grande Bretagne sinon dans une version tronquée, fût un gros succès en France, grâce aux diffusions répétées sur les stations de radio grandes ondes de « Mellow Yellow » en hiver 1966/67, se classant même n°8 en décembre 1966. Cette chanson provocatrice, qui aujourd’hui a néanmoins été diffusée plus d’un million de fois à la radio ( !) -et obtenu ainsi une récompense de la société de droits d’auteur américaine BMI-, est immédiatement reconnaissable grâce à sa célèbre intro aux cymbales charleston, puis à la voix de vibrato confidentielle de Donovan qui nous raconte une sulfureuse histoire de vibromasseur et de détournement de mineure… et nous sommes en 1966.

C’est John Paul Jones le futur Led Zeppelin qui en a assumé l’arrangement de cuivres, et ce n’est pas Paul McCartney qui chuchote sur la chanson contrairement à une légende tenace (mais Donovan sur une piste voix différente), mais le Beatle était effectivement présent (l’enregistrement s’est effectué aux studios Abbey Road) et joue de la basse sur certains titres de l’album, non crédité. Le thème du « swinging London » du précédent album est réitéré, mais en moins swing, Donovan étant désabusé après son exil en Grèce suite à ses ennuis avec la justice et excédé par les disputes judiciaires de ses deux compagnies discographiques des deux côtés de l’Atlantique ; dans « Writer In The Sun » (ah…la Grèce…) il évoque même l’abandon de sa carrière (à vingt ans). L’album se termine tout de même sur une note positive avec une autre ode à un quartier de Londres, « Sunny South Kensington » où apparaissent Mary Quant la styliste à la mode créatrice de la minijupe, et Jean-Paul Belmondo. La version CD de 2005 contient dix autres titres supplémentaires, dont les deux hits internationaux de 1967, « Epistle To Dippy » (n°28 en France en avril) et « There’s A Mountain » (n°21 en France en octobre).

Jean-Noël Ogouz / Musicstory
Never love alone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.