Bande originale de Goldfinger (John Barry)

B.O. de Goldfinger – Enregistré en juillet 1964 aux CTS Studios, Bayswater, London, England
Son nom est Barry… John Barry. Ou plutôt Jonathan Barry Prendergast, né le 3 novembre 1933 à York, dans le Yorkshire. Le pianiste compositeur-arrangeur débute sa carrière avec plusieurs hits instrumentaux enregistrés par son big band jazz, le John Barry Seven.

Le 7 portera chance à Barry : deux ans avant la musique de Goldfinger, en 1962, Barry se voit confier les arrangements de l’adaptation sur grand écran du roman de Ian Fleming, James Bond contre Dr. No. Le film est un succès, et dans l’inconscient collectif, la musique de John Barry sera à jamais associée aux aventures de l’espion britannique.


Bande originale de Goldfinger

Si Barry n’a pas composé le célèbre thème staccato de l’agent 007 (on le doit à Monty Norman), il a largement contribué aux scores de la série, de Bons Baisers de Russie (1963) jusqu’à Tuer n’est pas jouer (1987).

Authentiques laboratoires sonores, ces bandes originales donnent à John Barry l’occasion de délivrer de vertigineux arrangements de cordes, de tailler des tubes sur mesure pour les représentants de la variété internationale et d’oser quantité de mélanges inouïs. Goldfinger, le troisième volet des aventures de James Bond, est le film de tous les records pour le tandem de producteurs Harry Salesman et Albert « Cubby » Broccoli.

Bande originale de Goldfinger (John Barry)
Bande originale de Goldfinger (John Barry)

Triomphe commercial écrasant, ce volet dirigé par Guy Hamilton met en place les éléments distinctifs de la saga bondienne: un scénario abracadabrantesque (007 tente d’empécher la contamination radioactive de la réserve d’or de Port Knox), un méchant charismatique (Auric Goldfinger, incarné avec fausse bonhomie par Gert Probe), des décora enchanteurs (des Alpes suisses aux plaines du Kentucky), des gadgets délirants (l’Aston Martin DB5 customisée par les bons soins de Q) et, par dessus tout, un savant dosage d’action, d’humour smart et d’érotisme chic. Goldfinger introduit également une autre constante de la série : une bande originale grand luxe propulsée par une chanson inoubliable.

John Barry a écrit le thème de Goldfinger sur un texte du tandem Leslie Bricusse-Anthony Newley. Shirley Bassey, la diva galloise à l’organe torride, distille la menace et la froideur d’un roi Midas « qui donne le baiser de la mort aux femmes en or *. Toute la science harmonique de John Barry brille dans une introduction bombastique rapidement balayée par un élégant thème romantique.

Bande originale de Goldfinger (John Barry)
Bande originale de Goldfinger (John Barry)

Dans un score dominé par les cuivres, Barry se souvient de son passé de jazzman sur « Into Miami », au swing exubérant orné d’un chorus de saxophone joué par John Scott.

Barry évolue aussi dans la personnification instrumentale. Dans le glaçant « Golden Girl », qui illustre la découverte du corps inanimé de Jill Masterson entièrement repeint en or, John Barry utilise un intimidant motif de percussion métallique, signe distinctif des activités meurtrières d’Auric Goldfinger et de son homme de main au chapeau contondant. Odd Job. L’autre sommet de la BO se confond avec le climax de Goldfinger : l’attaque de Fort Knox par le gang aérien de Pussy Galore et sa cavalcade frénétique conclue par un rush de tympanon (« Dawn Raid on Fort Knox*).

Bande originale de Goldfinger (John Barry)
Bande originale de Goldfinger (John Barry)

Clin d’œil : au cours d’une séquence post-coitale. l’agent secret avoue à sa conquête qu’il préfère écouter les Beatles avec des boules Ouïes. Quelques mois plus tard, la bande originale de Goldfinger détrône Hard Day’s Night en tète du box-office américain. Cette année-là. James Bond était décidément imbattable.

###

CREDITS B.O. de Goldfinger :

Project manager: Herb Agner
Creative director: Michelle Azzopardi
Composer, conductor, primary artist: John Barry
Primary artist, vocals: Shirley Bassey
Liner notes: Jeff Bond
Composer, lyricist: Leslie Bricusse
Project manager: Wendy Brueder
Producer, reissue producer: Frank Collura
Remastering: Bob Fisher
Guitar, soloist: Vic Flick
Art direction, design: Peter Grant
Orchestra contractor: Sid Margo
Lyricist: Anthony Newley
A&R: Gregg Ogorzelec
Engineer: John Richards
Saxophone, soloist: John Scott

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.