Posted in INTERVIEW

Interview de J. Greco

Never love alone
Interview de J. Greco Posted on 19 octobre 2012Leave a comment
Never love alone

Racontez-nous la rencontre avec Miles Davis.

Comme tous les jeunes gens de ma génération, je baignais dans cette musique – j’ai rencontré les plus grands musiciens de jazz, Charlie Parker, plus tard le Modern Jazz Quartet, le plus souvent au Club Saint-Germain avec Sacha Distel ; Dizzy Gillespie venait au Tabou… Tout cela s’est passé pendant deux ou trois ans d’une période mythique qui aujourd’hui semble en avoir duré vingt. Mais ce n’est pas vrai : ils sont arrivés après la Libération, on les a accueillis et écoutés avec ferveur, on les a aimés, et ils ont quelque peu transformé notre idée de ce que pouvait être le jazz – ce qu’on savait, c’était presque par hasard. Pendant l’Occupation, si on se faisait pincer à écouter du jazz, on risquait d’être puni. Alors on écoutait Lambeth Walk, qui était pour nous le comble de la défonce !

Mais avant tout, il y avait Django Reinhardt, encore un “venu d’ailleurs”. J’ai toujours aimé qu’on me fasse voyager, qu’on m’apprenne des choses. Comme j’étais un peu la petite soeur de Boris Vian, qui était avec moi très protecteur, la première fois où Miles Davis est venu à Paris, c’était à Pleyel, salle pourrie – récemment, dans un avion, j’ai rencontré l’actuel patron qui m’a dit : “On a tout transformé, venez voir…” Cela m’a touchée, j’ai trouvé cela très gentil. Or c’est là que j’ai rencontré Miles, pour son premier concert à Paris. Comme il n’y avait pas de place dans la salle (de toute façon, je n’avais pas de quoi me payer une place), j’avais été amenée dans les coulisses par la femme de Boris, Michèle Vian, qui m’avait prise par la main. Et j’ai vu Miles de profil : c’était absolument un Giacometti. Avec un visage d’une grande beauté – je ne parle même pas du génie de l’homme : pour en prendre conscience, il ne fallait pas être grand clerc ni spécialiste de jazz. Entre l’homme, l’instrument et le son, il y avait une harmonie tellement rare ! A ce degré d’esthétisme, c’est assez bouleversant… Il était en soi un spectacle – pourtant habillé très classiquement, pas comme il s’est habillé plus tard, de manière “exotique”, et superbe, qui lui allait fort bien…

Quelques années plus tard, il allait être élu par le magazine Playboy “l’homme le plus élégant de l’année”… Ah, tout nu, oui !… J’ai donc rencontré cet homme, qui était fort jeune, et moi aussi, puis nous sommes allés dîner tous ensemble, avec des tas de gens que je ne connaissais pas. Et voila ! Je n’étais pas anglophone, il ne parlait pas français : je ne sais pas comment nous nous sommes débrouillés – le miracle de l’amour !

Vous souvenez-vous de cette émission de télévision, de Jean-Pierre Foucault, où vous vous êtes retrouvés ensemble ?

Oh oui ! J’avais été ahurie de voir cet archange sombre, qui descendait de son avion, jouant “Les Feuilles mortes” et qui est venu s’asseoir à côté de moi, fou de rage : “Quelle bande de connards ! Ils n’ont même pas branché le micro…” Mais quand Foucault l’a très gentiment remercié, lui demandant pourquoi il avait accepté de venir, il a grogné : “Because I’m in love with Juliette”, précisant qu’en l’absence de micro il n’avait joué que pour son ancienne dulcinée… Tout comme j’avais eu le privilège de l’entendre chez lui, et même une fois dans son bain, jouer la musique de son “petit chéri” : Bach.

N’avez-vous jamais été tentée d’associer sa trompette à votre chant ?

Je ne suis pas folle – ou plutôt si : je suis folle mais j’ai le sens de l’humour. Pourquoi essayer de faire mal, ou moins bien, ce que d’autres font si bien ? Je ne vais pas me mettre à chanter des standards de jazz, ce n’est ni dans mon sang ni dans ma culture. Or j’ai une profonde tendresse et une immense admiration pour une Ella Fitzgerald et quelques autres encore plus troublantes…

Mais Miles savait-il que vous étiez chanteuse ?

Non, il ne m’a jamais écoutée, sinon, beaucoup plus tard à New York, au Waldorf Astoria. Avant, pour lui, j’étais moi : je m’appelais Juliette Gréco, j’avais une tronche bizarre, et c’est moi qu’il a aimée, ce qui est plutôt réjouissant. J’étais une comédienne plutôt confidentielle, j’étais célèbre sans rien faire, ce qui est très inconfortable. Je parlais peu, sauf en cas d’urgence : pour poser des questions, à propos de l’existentialisme, de choses que je lisais sans trop comprendre, jusqu’à ce qu’un jour 26 Merleau-Ponty m’adresse la parole. Je devais avoir une tête qui lui revenait, il m’invitait à dîner, on allait danser, et il répondait à mes questions, ce qui est assez magique. Je n’étais que curiosité et j’avais l’impression de n’avoir rien à donner, j’étais à l’âge où on prend. Ayant entendu parler de ces gens, Sartre, Simone de Beauvoir, par ma soeur qui était étudiante – j’avais quatorze, quinze ans – je n’aurais jamais imaginé qu’un jour je serais avec eux dans un rapport de tendresse, que Sartre dirait à Miles : “Pourquoi n’épousez-vous pas Gréco ?” “Parce que je l’aime trop pour la rendre malheureuse”, avait répondu Miles. A ce moment-là, ce n’était pas une question d’infidélité ou de donjuanisme, c’était une question de couleur : s’il m’avait emmenée avec lui en Amérique, j’aurais été une “pute à nègres”… Miles faisait partie de ces gens, dont j’ai le bonheur de faire partie aussi, qui ne sont chez eux que sur une scène, ou dans un lit… AuWaldorf, où j’avais une suite très convenable, je l’avais invité à dîner. Il est venu avec John Lewis et deux enfants de John, et j’ai commandé le repas. La tête du maître d’hôtel quand il est entré : indescriptible ! Et au bout de deux heures, on nous a quasiment “jeté” les plats. Le repas a été long et pénible, puis ils sont partis. Et à 4 heures du matin, Miles m’a appelé, dans un état… quaternaire, en larmes : “Je ne pouvais pas venir seul… Je ne veux plus jamais vous voir ici, dans ce pays une telle relation est impossible.” J’ai soudain pris conscience que j’avais commis une erreur, par rapport à quelque chose d’inhumain, d’irrespectueux, d’où un sentiment étrange, d’humiliation, que je n’oublierai jamais. Là, sa couleur m’est apparue avec une extrême violence, alors qu’à Paris je ne m’étais même pas aperçu qu’il était noir ! Reste qu’entre Miles et moi ce fut une superbe histoire d’amour, comme j’en souhaite à plein de gens. Nous ne nous sommes jamais perdus au cours de notre vie. Au gré des tournées il me laissait des petits mots dans les pays d’Europe où j’allais passer : “J’étais là, vous n’y étiez pas.” Il est venu me voir à la maison quelques mois avant sa mort. Il était assis dans le salon et à un moment je me suis approché de la véranda pour regarder le jardin. J’ai alors entendu son rire… démoniaque ! Je lui en ai demandé la raison : “Où que ce soit, m’a-t-il répondu, dans n’importe quel endroit au monde, cette femme de dos, je saurai que c’est vous.”

© Extrait d’une interview de Philippe Carles pour Jazz Magazine

Never love alone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.