Previous Article Next Article Here my dear (Marvin Gaye), pas seulement un disque, une pension alimentaire
Posted in ALBUM

Here my dear (Marvin Gaye), pas seulement un disque, une pension alimentaire

Never love alone
Here my dear (Marvin Gaye), pas seulement un disque, une pension alimentaire Posted on 4 janvier 2018Leave a comment
Never love alone

Marvin Gaye Here my dear –Enregistré entre le 24 mars 1977 et le 9 juillet 1978 au Marvin Gaye Studio, Hollywood, Californie. Masterisé au Motown Recording Studio, Hollywood, California. – Motown Records
Here my dear n’est pas seulement un disque, mais une pension alimentaire : en effet, ce double album, sorti le 15 décembre 1978 et enregistré sur une période de deux ans dans le studio hollywoodien Marvin’s Room, représente le « cadeau de rupture » du chanteur dépressif à sa femme Anna Gordy, sœur aînée du boss de la Motown, Berry Gordy.


Marvin Gaye Here My Dear

Anna demande le divorce fin 1975, lassée de voir Marvin Gaye se détruire à la cocaïne et la trompe ouvertement avec la chanteuse Janis Hunter, qui vient d’accoucher de son second fils Frankie. Le crooner n’étant pas solvable, son avocat, Curtis Shaw, lui suggère d’offrir à sa femme la moitié des droits d’auteur de son prochain album. Marvin prétend vouloir signer un album médiocre et paresseux quand il débute l’enregistrement durant le printemps 1976.

Le résultat est tout autre. Véritable autopsychanalyse, Hear my dear oscille entre funk musclé (A Funky Space Reincarnation), jazz (Sparrow,\Anna’s Song) et soul déchirante (When Did You Stop Loving Me, When Did I Stop Loving You), avec des paroles d’une intimité parfois presque dérangeante (« Tu n’as pas le droit d’utiliser un enfant à moi pour que je reste droit », dit-il à Anna dans la chanson Here, My Dear).

Falling In Love Again est carrément dédicacé à Janis. Is That Enough, un morceau de sept minutes, se conclut par un solo de sax (probablement joué par Fernando Harkness) après que Marvin a chanté « This is a joke, I need to smoke, wait a minute », laissant imaginer qu’il a été fumer son joint pendant que son saxophoniste finissait la chanson.

Remerciements spéciaux à tous les musiciens, trop nombreux pour être mentionnés, mais qui sont tous des superstars !, trouve-t-on en guise de crédits de Here my dear. La vérité, c’est que Marvin est en guerre avec ses musiciens et leur syndicat, et n’a jamais tenu à jour la liste des instrumentistes de ce disque conçu dans le chaos. David Ritz, son biographe, a établi dans la réédition CD de 2003, avec l’aide du directeur musical Nolan Smith, une liste des intervenants qui ne comprend  aucune superstar, mais d’honnêtes musiciens de studio.

marvin gaye here my dear
marvin gaye here my dear

Le bilan humain de cet album superbe et qui ne cesse d’être réévalué avec le temps est catastrophique : Anna Gordy a longtemps hésité à attaquer son ex-mari pour « invasion de son intimité » avant de renoncer. Marvin, qui se séparera de Janis Hunter en 1979, a sciemment saboté la promo du disque, mal reçu par la critique de l’époque, qui le trouve « bizarre », et encore plus mal par le public.

Indisponible pendant des années, Here, My Dear est désormais classé dans les classiques du répertoire de Marvin Gaye. Quant à Anna, elle confiait à David Ritz qu’avec le temps elle avait fini par apprécier le disque, même ses chansons écrites sous le coup de la colère. « A la fin de sa vie, quand il était très malade, il venait souvent me voir. On était restés très proches ».

marvin gaye what's going on
marvin gaye here my dear

Inspiratrice de Here, My Dear, Anna n’a évidemment pas participé directement à sa conception. Pourtant, en 1973, sur l’album Let’s Get It On, on trouvait Just To Keep You Satisfied, une chanson déchirante racontant un mariage qui tourne au cauchemar. Ses auteurs ? Elgie Stover, Marvin Gaye… et Anna Gordy Gaye.

Berry Gordy a dû trouver la situation particulièrement cornélienne : en sortant le disque relatant avec cruauté certains des épisodes conjugaux les plus intimes de son artiste et de sa sœur, il aidait cette dernière à gagner de l’argent, tout en l’humiliant avec ce déballage inédit des turpitudes d’une vie de couple à la dérive.

###

CREDITS Marvin Gaye Here my dear :
Marvin Gaye : voix, synthétiseur, batterie – Charles Owens : saxophone ténor – Wally Ali : guitare – Gordon Banks : guitare – Frank Blair : basse – Elmira Collins : percussions – Ernie Fields, Jr : saxophone alto – Fernando Harkness : saxophone ténor – Gary Jones : percussions – Nolan Andrew Smith : trompette – Bugsy Wilcox : batterie

 

Never love alone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.