Pierre Barouh, auteur multicarte pour la chanson et le cinéma

Auteur multicarte pour la chanson et le cinéma, patron du label Saravah, Pierre Barouh s’autoproclame “promeneur”. Ce n’est pas nous qui lui donnerons tort.

A moins d’avoir vécu ces trente dernières armées sur la lune, tout le monde connaît Pierre Barouh. Depuis le début des années 60, Barouh baroude et se moque des cloisons, ignore les saisons et demeure la preuve ô combien vivante que la raison du plus fort ne l’emporte pas à chaque fois.

On rafraîchira en vrac les mémoires courtes en résumant un palmarès où se bousculent La Bicyclette (Montand) et Des ronds dans l’eau (Hardy), dont il fut l’auteur impressionniste, en passant par les chansons d’Un homme et une femme et Vivre pour vivre écrites avec Francis Lai.

Acteur, cinéaste, premier à avoir introduit en France les vapeurs câlines des sambas brésiliennes, Pierre Barouh est avant tout le tenancier actif du plus vieux label indépendant français en activité, Saravah, auquel on doit parmi d’autres Brigitte Fontaine, l’admirable Jean-Roger Caussimon et leur digne héritier Fred Poulet. Et Higelin, aussi.

Pierre Barouh
Pierre Barouh

Barouh enregistre également depuis 1965 des albums dont certains – Vivre, Ça va ça vient – sont devenus cultes au Japon, où auprès des gens de goût le seul nom de Pierre Barouh suffit à évoquer d’infinies promesses délicates, nourries des cadences divines de la bossa nova et juste ce qu’il faut de chanson française traditionnelle.

Sous ses airs de daddy cool grisonnant, Pierre Barouh est aussi un gueulard, une tête de mule. Pour défendre ses intérêts et ceux de ses artistes, il prend souvent la plume, bafouille à Monsieur le Ministre quelques verdeurs bien senties ou place tel programmateur de radio qui lui cherche des noises face à d’évidentes contradictions morales.

Pierre Barouh
Pierre Barouh

Plusieurs décennies avant Manu Chao, il est allé tâter le pouls des villages, là-bas dans les Amériques ou sous d’autres tropiques enchantés, et il en a rapporté une œuvre réellement importante qu’il couche sur des albums personnels souvent bouleversants.