Posted in ALBUM

Abbey Road (The Beatles), l’ultime opus des Fabs four

Never love alone
Abbey Road (The Beatles), l’ultime opus des Fabs four Posted on 26 avril 2019Leave a comment
Never love alone

The Beatles Abbey Road – Enregistré du 22 février au 20 août 1969 aux Studios EMI, Trident et Olympic (Londres) – Apple records
Sur la pochette, pas de titre ni de nom de groupe. Kosh, le directeur artistique qui a orchestré ce visuel légendaire, a justifié son choix lors d’une interview pour la BBC en 2009, à l’occasion du quarantième anniversaire de la sortie The Beatles Abbey Road : “Je leur ai assuré qu’on n’avait pas besoin d’écrire le nom du groupe sur la pochette. Ils étaient le groupe le plus célèbre du monde, après tout.

EMI ont dit qu’ils ne vendraient aucun album si on ne disait pas de quel groupe il s’agissait, mais j’ai eu gain de cause ! C’est Paul McCartney qui a eu l’idée de départ : il avait dessiné un croquis avec quatre petits personnages traversant un passage piétons.


The Beatles Abbey Road

Le fameux cliché devient réalité pendant la matinée du 8 août 1969, sous l’objectif du photographe Lain MacMillan, perché sur un escabeau pendant que la police bloque la circulation. Cette session d’une quinzaine de minutes aura pour résultat sept ou huit photos. Celle qui est retenue donnera lieu à d’innombrables interprétations, alimentant ou réfutant la rumeur grotesque selon laquelle Paul serait mort et aurait été remplacé par un sosie.

Pourtant, une seule explication, forte en symbolique, est valable : les quatre membres du groupe sortent du studio où ils viennent d’enregistrer ensemble pour la toute dernière fois, tournent le dos à leur passé et marchent à grands pas vers leurs nouveaux projets respectifs. Car si Let It Be succédera à Abbey Road en 1970 et deviendra chronologiquement le dernier album des Beatles, il a en réalité été enregistré bien avant Abbey Road et il devait initialement sortir dès juillet 1969, pour finalement être repoussé au mois de mai 1970.

The Beatles Abbey Road

A l’origine intitulé Get Back, l’album Let It Be a été conçu dans la douleur, dans un climat de tensions et de conflits incessants. En février 1969, trois semaines après ces sessions catastrophiques, les Beatles décident de passer à autre chose : ils commencent à plancher sur un nouveau morceau qui deviendra I Want You (She’s So Heavy), un des sommets d’Abbey Road.

Paul McCartney contacte George Martin et lui propose de retravailler à l’ancienne – comprendre loin des collages de leurs projets individuels rassemblés sur le White Album et loin des extravagances psychédéliques démesurées de Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band.

Les semaines suivantes, Ringo Starr est indisponible pour cause de tournage du film The Magic Chrima au côtés de Peter Sellers et de John Cleese.

The Beatles Abbey Road

Les Beatles se retrouvent brièvement en mai pour développer une nouvelle chanson “You Never Give Me Your Money” puis décident de faire une nouvelle pause de huit semaines.

La majeure partie de l’enregistrement d’Abbey Road se déroule entre début juillet et fin août. Lorsque cette session intense démarre, John Lennon et Yoko Ono viennent juste d’avoir un accident de voiture dans les Highlands écossaises le 1er juillet.

Les autres membres du groupe commencent à trois et John les rejoint à Londres le 9, après un séjour à l’hôpital et une semaine de convalescence. Yoko pas tout à fait remise fait livrer un lit au studio d’Abbey Road pour pouvoir s’y installer et assister à l’enregistrement sous sa couette.

The Beatles Abbey Road

Nouvelles techniques, nouvelle équipe. Dans son livre En studio avec les Beatles, l’ingénieur du son Geoff Emerick qui accompagne le quatuor depuis Love Me Do (1962), se souvient d’une ambiance plus apaisée que pour Let It Be et le White Album :

Tout le monde paraissait marcher sur des œufs et faire des efforts pour ne surtout froisser personne. De façon générale, Paul se montra moins autoritaire et John moins acerbe. Yoko était toujours là chaque jour, mais à ce moment-là les Beatles s’étaient tellement habitués à sa présence qu’ils ne lui prêtaient plus aucune attention la plupart du temps. Ringo fut Ringo, même s’il avait l’air de se prendre un peu plus pour une star.

Celui qui avait sans doute le plus changé était George Harrison, bien plus sûr de lui que jamais auparavant. […] Avec le recul, il me semble que si les Beatles se conduisirent aussi bien, c’est parce qu’ils étaient fermement décidés à sortir un bon album après le désastre qu’avait été Let It Be.

The Beatles Abbey Road

Il note toutefois, quelques pages plus loin, que John semblait peu impliqué et récalcitrant à travailler sur les chansons des autres, préférant s’éclipser dès que l’occasion se présentait. Il souligne aussi que les membres du groupe “se trouvaient rarement tous les quatre ensemble dans la même pièce”, mais cela ne s’entend pas vraiment sur Abbey Road : la cohésion et le travail collectif dominent.

Deux jeunes assistants sont présents pendant ces sessions estivales, à commencer par Alan Parsons, qui continuera sa carrière en enregistrant The Dark Side of the Moon de Pink Floyd et qui passera de l’autre côté du miroir de la régie en 1975 en lançant son propre groupe, The Alan Parsons Project.

Un autre ingénieur du son débutant aura lui aussi une trajectoire impressionnante : John Kurlander, qui exercera son métier aux studios d’Abbey Road jusqu’au milieu des années 1990, avant de s’installer aux Etats-Unis où il se fera remarquer pour son travail sur les bandes originales de la trilogie du Seigneur des Anneaux.

The Beatles Abbey Road

Pour ce nouvel album, l’équipe réunie dispose d’un matériel flambant neuf : une nouvelle console équipée de transistors et non plus de lampes. Ce qui pourrait sembler un simple détail technique influence considérablement le son obtenu, comme l’explique Geoff Emerick dans son livre :

Il nous était tout simplement impossible de retrouver la couleur sonore ‘Beatles’ à laquelle nous nous étions habitués ; il nous fallait donc accepter le fait que nous ne pouvions pas obtenir mieux avec le nouveau matériel. Pour ma part, je préférais le son plus musclé que nous obtenions avec la même console à lampes et le magnétophone quatre-pistes ; tout sonnait désormais plus mou. Cela ressemblait à une régression mais nous n’y pouvions strictement rien – il y avait un album à enregistrer et il nous fallait nous adapter.

Par chance, la musique des Beatles de cette période de leur carrière se prêtait à ce nouveau son. La nouvelle texture sonique convenait en fait très bien à la musique de l’album — plus douce et plus ronde. C’est assez subtil mais je suis persuadé que, sur Abbey Road, la sonorité de la nouvelle console et des magnétophones influença directement la façon de jouer et la musique elle-même. Un synthétiseur Moog et une enceinte Leslie rotative sont d’autres éléments sans lesquels Abbey Road n’aurait pas eu le même son.

The Beatles Abbey Road

Si George Martin et Paul McCartney avaient en tête une œuvre aux thématiques reliées les unes aux autres, dans la lignée de Sgt. Pepper, John Lennon voulait un recueil de chansons individuelles, sans rapport entre elles, et parle même de mettre toutes ses chansons sur une face et toutes celles de Paul sur une autre.

Un compromis est alors trouvé : la face A regroupe des morceaux écrits et chantés par les différents membres du quatuor et la face B est principalement constituée d’un grand medley, imaginé par Paul, avec huit courts fragments de chansons qui fusionnent pour seize minutes d’anthologie.

Cinquante ans plus tard, Paul McCartney aime terminer ses concerts par la partie finale du medley : Golden Slumbers, Carry That Weight et The End, qui s’emboîtent sans répit, enchaînent instants suspendus et explosions jubilatoires et n’en finissent pas de provoquer des frissons de bonheur. Ce medley indétrônable, conçu avec la complicité de George Martin, est souvent considéré comme l’un des pics de toute sa carrière.

The Beatles Abbey Road

Avant le Medley, la face B s’ouvre sur la radieuse “Here come the sun” chantée et composée par George Harrison. Sur Abbey Road, le guitariste dévoile deux de ses plus grands chefs-d’œuvre de songwriter, avec également l’époustouflante Something, qui sera la chanson préférée de John sur cet album et le premier single des Beatles à ne pas être signé Lennon-McCartney.

Un autre membre du groupe apporte une contribution très remarquée TU face A débute et se clôt par deux chansons mémorables de John Lennon, Come Together et I WantYou (She’s So Heavy), à la fois tendres et rêches, d’une sensualité ténébreuse, alternant entre retenue et coups de sang.

Adieux au sommet Geoff Emerick explique l’origine du titre de l’album, baptisé d’après le nom de la rue où il a été enregistré. Le groupe a d’abord pensé l’appeler Everest :

“En hommage à la marque de cigarettes que je fumais à l’époque. C’était également un nom qui évoquait l’exploit consistant à escalader la plus haute des montagnes. Peut-être était-ce dans leur esprit une métaphore pour la difficile tâche à laquelle ils s’étaient attelés — enregistrer un dernier album ensemble.

The Beatles Abbey Road

Certains membres n’étaient pas spécialement ravis à l’idée de devoir voyager jusqu’au Tibet pour obtenir une simple photo. Sur le ton de la plaisanterie, Ringo propose le titre d’Abbey Road, ce qui leur permettrait de faire le cliché sur le pas de la porte du studio, et la blague séduit les quatre musiciens à l’unanimité.

L’ingénieur du son revient sur l’étape finale de l’enregistrement :

“Les quatre Beatles assistèrent à la séance de mixage final d’Abbey Road, et ce devait être la toute dernière fois qu’ils se trouvèrent ensemble dans un studio d’enregistrement. […] Si, comme l’a dit George Harrison, tout doit avoir une fin, alors Abbey Road ne fut pas pour les Beatles une trop piteuse façon de faire leurs adieux’’.

Lorsque ce onzième album sort fin septembre, John Lennon a déjà quitté le groupe et les trois membres qui restent n’ont aucune intention de continuer sans lui, mais tout cela n’est pas rendu public. Il faudra attendre avril 1970, et un communiqué de presse où Paul McCartney annonce la sortie de son premier album solo, pour que la séparation des Beatles soit divulguée.

###

CREDITS :

Musiciens additionnels

Never love alone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.