Previous Article Next Article The Low End Theory (A Tribe Called Quest), lignes de basse et feeling guttural
Posted in ALBUM

The Low End Theory (A Tribe Called Quest), lignes de basse et feeling guttural

Never love alone
The Low End Theory (A Tribe Called Quest), lignes de basse et feeling guttural Posted on 5 février 2019Leave a comment
Never love alone

A Tribe Called Quest The Low End Theory – Enregistré en 1990–91 au Studio Battery Studios, Greene St. Recording and Soundtrack Studios in New York City – Jive records
Low End Theory, c’est lié au son du hip hop. A la boite à rythme TR-808. Aux lignes de basse. Au feeling guttural. Quand on entend un morceau de hip hop dans un club, on le ressent. La basse vous transperce. Et il y a un deuxième sens à cette expression : ça fait aussi référence aux jeunes mâles noirs américains qui sont au fond du gouffre.

Q-Tip, leader du groupe magique A Tribe Called Quest, défendait ainsi son second bébé The Low End Theory, successeur du très acclamé premier album au titre impossible (People’s Instinctive Travels And The Paths Of Rhythm) qui leur avait valu un disque d’or et un procès en paternité de Lou Reed.


A Tribe Called Quest – The Low End Theory

Ce dernier revendiquait (et avait obtenu) les droits du morceau « Can I Kick It? », qui samplait la basse de «Walk On The Wild Side ». Une basse qui pour le coup a transpercé ATCQ, obligé de créditer la chanson « Lou Reed » et de céder au rocker new-yorkais l’intégralité des droits d’auteur. Rien de tel sur ce second LP qui débute pourtant au son de la basse, une basse qui se mixe à des samples d’un morceau du premier album des Last Poets, « Run Nigger » (crédité «Time Is Running Out » dans les notes de pochette).

« Je n’aime pas trop m’étendre sur l’origine de mes samples », déclarait Q-Tip au moment du premier album qui ne citait aucune source. Mais l’incident juridique avec Lou Reed oblige le groupe à déclarer ses excédents de bagages, en l’occurrence ses samples les plus évidents : Average White Band sur « Check The Rhime », Funkadelic sur « Everything Is Fair », Grant Green sur « Vibes And Stuff ».

The Low End Theory
A Tribe Called Quest – The Low End Theory

Le morceau le plus emblématique est bien sûr « Jazz (We’ve Got) », qui invite Ron Carter, le bassiste historique de Miles Davis. Le beat, basé sur le « Cook County Jail » de Lucky Thompson, est une idée de Pete Rock détournée par Q-Tip.

La texture douce comme le miel, soutenue par une batterie rêche et des claviers aériens, transforme ce morceau en classique instantané. Pourtant, il est la source d’une embrouille qui aurait pu coûter la vie à Q-Tip. Durant le morceau, le rapper Phife lance « Strictly hardcore tracks, not a new jack swing ». Un simple gimmick vite fait (en argot, « new jack » désigne un pied tendre, un amateur), mais qui va déclencher la colère du groupe Wrecks N’Effect, dont l’un des singles à succès produit par Teddy Riley s’intitule « New Jack Swing » (car le terme désigne aussi un genre musical, une version électro syncopée du R & B).

A Tribe Called Quest - The Low End Theory
A Tribe Called Quest – The Low End Theory

Furieux, les membres de Wrecks N’Effect s’en prennent physiquement à Q-Tip lors d’une altercation où ce dernier est blessé et manque de perdre un œil. ATCQ, le groupe le plus cool de la création, impliqué dans un « beef » comme un vulgaire posse de gangsta rappers ? Il faudra l’intervention de la Zulu Nation et de la Nation Of Islam pour résoudre le problème, une conciliation ayant lieu à la mosquée numéro 7 de Harlem.

Au-delà de cette controverse futile, le groupe prouve avec The Low End Theory qu’il a la carrure des grands. La production est assurée par le groupe. Seul le titre « Show Business » (featuring Diamond D) accueille un producteur extérieur, Skeff Anselm.

A Tribe Called Quest - The Low End Theory
A Tribe Called Quest – The Low End Theory

C’est Ali Shaheed Muhammad qui dirige les programmations et les samples, aidé par Q-Tip. Là où le premier album avait généré un single comique mais trompeur (« I Left My Wallet In El Secundo »), le second montre la profondeur des lyrics de Q-Tip, la fraîcheur de ceux de son double inversé Phife Dawg, aussi insolent que Q-Tip est sage.

Leurs routines vocales s’entrecroisent, les mots rebondissent, aériens souvent, poétiques parfois. Les 14 titres s’enchaînent sans heurts, en un grand chelem rapologique inoubliable. « What? » pratique l’accumulation des contradictions (« C’est quoi le SM si tu n’as pas les chaînes ? C’est quoi la vie si tu ne te marres jamais ? C’est qui Alex Haley s’il n’a pas de Racines ? C’est qui Clark Kent s’il n’a pas de cabine téléphonique ? C’est quoi les lois si elles ne sont pas les mêmes pour toi et moi ? »). « Rap Prompter » fait revivre la vieille routine de Sugarhill Gang (« dang diddy dang di-dang di-dang diggy diggy dang »).

A Tribe Called Quest - The Low End Theory
A Tribe Called Quest – The Low End Theory

Et « Scenario », la clôture du disque, est un feu d’artifice : les deux MCs sont rejoints par les Leaders Of The New School, le premier groupe de Busta Rhymes. Un Busta qui brille tant dans la vidéo de ce morceau irrésistible qu’une carrière en solo semblait inévitable (il se décidera en 1996 avec l’album The Corning).

Le 19 août 1998, un communiqué de Jive est envoyé à la presse. On y apprend, six semaines avant la sortie du cinquième album The Love Movement, que « le groupe a décidé de ne plus enregistrer d’album. Ils poursuivront par ailleurs leurs carrières respectives ».

Voila, c’est fini, ATCQ n’est plus et les carrières solo de Q-Tip (le médiocre Amplified en 1999 et un projet jazz abscons en 2001, Kaamal The Abstract), de Phife Dawg (quelques disques indé de seconde zone sur un label allemand) et d’Ali Shaheed Muhammad (membre discret du projet avorté Lucy Pearl) n’ont fait qu’amplifier le chagrin des fans inconsolables de ce collectif afrocentrique.

###

CREDITS A Tribe Called Quest – The Low End Theory :

Bass – Ron Carter
DJ – Ali Shaheed Muhammad
Vocals – Phife Dawg, Q-Tip, Busta Rhymes, Charlie Brown, Diamond D, Dinco D, Lord Jamar, Sadat X

Arrangement – A Tribe Called Quest
Engineering – Pete Christensen, Eric Gast, Rod Hui, Gerard Julien, Jim Kvoriac, Tim Latham, Anthony Saunders, Bob Power, Christopher Shaw, Marc Singleton, Jamey Staub, Dan Wood
Mastering – Tom Coyne
Mixing – Bob Power, A Tribe Called Quest
Production – A Tribe Called Quest, Skeff Anselm

Never love alone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.