Posted in PRODUCTEUR

Bob Thiele, producteur emblématique du label Impulse

Never love alone
Bob Thiele, producteur emblématique du label Impulse Posted on 6 septembre 2012Leave a comment
Never love alone

Ancien disc-jockey, fondateur du magazine «Jazz», Bob Thiele, devenu producteur de jazz, est avant tout LE producteur le plus emblématique que connaîtra le label Impulse.

Fin 1961, ABC-Paramount fait appel à Thiele afin de succéder à Creed Taylor, parti chez Verve. L’ancien directeur de la section artistique de Coral, filiale de Decca Records, est ainsi débauché.

Lorsqu’il rejoint le label impulse, Bob Thiele n’est pas vraiment un nouveau venu dans la partie. A seize ans, il était déjà à la tête de sa propre compagnie indépendante, Signature Records, produisant ensuite des concerts de jazz et un certain nombre de séances de rock, notamment pour le compte du Texan tombé du ciel, Buddy Holly.

Chez Impluse, il travaille dans la continuité de Taylor, en établissant tout d’abord un rapport privilégié avec le saxophoniste John Coltrane. Acharné, il signe 25 enregistrements la première année, aux vues à chaque fois judicieuses : qu’ils voient le jour pour calmer les foudres des critiques à l’encontre des enregistrements de Coltrane et Dolphy en 1962 (Ellington et Johnny Hartman) ou poursuivent les efforts faits par Impulse pour défendre une musique davantage tournée vers l’avant-garde (Charles Mingus, Archie Shepp, Yussef Lateef…).

Au lieu de chercher à étoffer son équipe, il se contente de signer au coup par coup des artistes confirmés, et parfois engagés avec des labels concurrents, comme Max Roach, Shelly Manne, Freddie Hubbard ou Art Blakey. Il se fait également une spécialité des «rencontres» pas forcément évidentes, associant ainsi avec succès Duke Ellington et Coleman Hawkins, mais aussi Ellington et John Coltrane, ou encore ce dernier et le chanteur Johnny Hartman.

Mais soucieux de monter sa propre écurie, Bob Thiele ne va guère tarder à offrir des contrats longue durée à plusieurs musiciens «progressistes», comme Yusef Lateef, Charles Mingus, Sonny Rollins ou Chico Hamilton. Mieux, sous l’influence de Coltrane parti explorer les versants vertigineux du free, il accepte (tout en continuant d’enregistrer ponctuellement des vétérans notoires: Johnny Hodges, Count Basie…) d’accueillir une armada de trublions «new thing», qui ont noms Albert Ayler, Marion Brown, Roswell Rudd, Archie Shepp, Charlie Haden, etc. Aussi, à la fin des années soixante, Impulse! se retrouve-t-il en plein accord avec sa devise: «The new wave in jazz».

En 1969, deux ans après la mort de Coltrane, Bob Thiele quitte à son tour ABC-Records.

Amateur de blues, Bob Thiele a également signé B. B. King, T-Bone Walker et John Lee Hooker sur Blues Way, une filiale d’ABC. On lui doit aussi la fondation de Flying Dutchman (Gato Barbieri) et Red Baron (Steve Marcus, John Hicks, David Murray…).

Never love alone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.