Posted in ALBUM

But beautiful (Bill Evans, Stan Getz), l’unique Live des monstres sacrés post-bebop

Bill Evans et Stan Getz, deux des improvisateurs les plus lyriques du jazz post-bebop, n’ont presque jamais enregistré ensemble. Leur seule collaboration en studio, pour Verve en 1964, a été si infructueuse, du moins dans leur esprit, qu’ils ont contractuellement demandé à leur maison de disque de ne pas sortir l’album (Il a quand même été publié en 1973 sous le nom de « Stan Getz & Bill Evans »). En 1974, soit dix ans plus tard, ils se produisent à nouveau ensemble lors de concerts aux Pays-Bas et en Belgique. Le résultat, cette fois-ci, est bien meilleurs. Le seul autre enregistrement du duo dresse un portrait fascinant de deux jazzmen extraordinaire à l’œuvre. Mais comme l’album Verve, il est parfois teinté de frictions.

Posted in ALBUM

At Home Live In Marciac (Roberto Fonseca / Fatoumata Diawara), une union artistique brûlante au groove enivrant

S’il fallait illustrer combien l’Afrique et l’Amérique latine sont intimement liées, ce concert capté le 4 août 2014 au festival Jazz In Marciac et intitulé « At Home » y répondrait à merveille ! En effet la rencontre du prodigieux pianiste originaire de la Havane, Roberto Fonseca et de la diva malienne Fatoumata Diawara sonne comme la fusion parfaite, tant au niveau des rythmes que des mélodies, entre le jazz aux accents afro-caribéens et la tradition mandingue aux couleurs pop.

Posted in ALBUM

Earth Wind and Fire Alive in’75, concerts d’anthologie au groove extatique

Pour devenir une formation de premier plan, il manque encore au groupe Earth, Wind & Fire un hit incontournable susceptible de transcender les frontières de la soul pour toucher tous les publics. L’occasion lui en est donnée par le biais d’un projet cinéma lorsque Maurice White est sollicité en 1975 par Hollywood pour écrire la B.O. du film That’s The way Of The World, l’histoire d’un producteur de disques (interprété par Harvey Keitel) qui cherche à pousser la carrière d’un jeune groupe inconnu contre l’avis bassement commercial de ses patrons.

Posted in ALBUM

Dream Letter, Live In London (Tim Buckley), un jazz-folk aussi lyrique qu’expérimental

Après deux disques, Tim Buckley (1966) et surtout Goodbye And Hello (1967), qui firent de lui une des grandes figures du folk post dylanien, le jeune californien Tim Buckley, à la voix exceptionnelle, commence à faire parler de lui outre-Atlantique, entraînant la BBC à diffuser le premier concert de l’artiste sur le sol britannique, le 1er juillet au Queen Elizabeth Hall de Londres.

Posted in ALBUM

Recital na Boite Barroco (Maria Bethania), une nymphe un brin sorcière

Ce disque présente un concert enregistré à Sâo Paulo en pleine vague tropicãlia, sans en avoir la moindre des caractéristiques.Même l’impudique pochette ne doit rien au fantasque ou à la légèreté des hippies, mais plutôt à l’idée – plus littéraire – que l’on peut se faire d’une nymphe un brin sorcière, au regard plus grave que suave. Cet imaginaire, Bethânia le met au service de son chant ombrageux et exigeant.

Posted in ALBUM

Four way street (Crosby Stills Nash and Young), live au couronnement posthume

Disque d’or immédiat comme les deux précédents albums et numéro 1 des ventes en Amérique durant l’été 1971, ce double live est un couronnement posthume à son arrivée dans les bacs.Tourmentés et paranoïaques, Crosby Stills Nash and Young, les quatre héros de la culture hippie n’ont pas supporté la seule promiscuité d’une tournée l’année passée. À guichets fermés. Et l’album, enregistré au Fillmore East de New York, puis à Chicago et à Los Angeles, est achevé sous la houlette de Bill Halverson accompagné des seuls Crosby et Nash. Stephen Stills leur reprochera longtemps de s’être accommodés de bandes sur lesquelles il n’était pas à son summum.

Posted in ALBUM

The Koln concert (Keith Jarrett), un jazz aux sonorités pop/classiques

A l’occasion d’une étape de sa tournée européenne commencée en 1973, Keith Jarrett doit se produire à l’Oper Köln, la salle de l’Opéra de Cologne. Seulement voilà, l’artiste est extrêmement fatigué et souffre d’un mal de dos. A cela s’ajoutent quelques soucis techniques.Koln concert. À la place du Bösendorfer model Imperial 290, le plus grand piano de concert qui existait alors, on lui a mis à disposition un piano d’étude en piteux état.

Posted in ALBUM

Rust Never Sleeps (Neil Young), un jalon essentiel du post-punk

A la sortie de son album Comes A Time, Neil Young est en plein désarroi. La vague punk vient de surgir emportant tout sur son passage. Fasciné par cette nouvelle émergence musicale, le Loner se doit de répliquer. Le canadien commence alors une tournée revigorante, placée sous les auspices d’un renouveau artistique que personne n’attendait de la part de Neil Young. Rust Never Sleeps. Fin 1978, proposant un show complexe et très élaboré, l’homme fait salle comble tous les soirs. Les concerts commencent par un set acoustique, où Young fait face seul à son public, uniquement armé de sa guitare et de son harmonica, revisitant ses grands classiques, datant parfois du Buffalo Springfield. Après une entracte, le Loner revient, cette fois accompagné de ses fidèles accompagnateurs du Crazy Horse. Le concert électrique peut alors commencer, marqué par un son âpre, rugueux, aigre.

Posted in ALBUM

Live in La Fusa (Vinicius de Moraes, Maria Creuza, Toquinho), ambiance cosy et bouteilles de whisky

En pleine dictature militaire, pour fuir la censure et les atteintes aux libertés individuelles, certains artistes s’exilent : Chico Buarque en Italie, Caetano Veloso et Gilberto Gil en Angleterre, Geraldo Vandré un peu partout… Les maîtres de la bossa nova les avaient précédés : Carlos Lyra au Mexique, Baden Powell en France, João Gilberto et Antônio Carlos Jobim aux Etats-Unis.

Posted in ALBUM

Life on planet groove (Maceo Parker)

En 1976, les JB’s quittent le navire en pleine gloire. Ils rejoignent George Clinton, réputé pour ses extravagances vestimentaires et musicales. Sept années durant, Maceo Parker joue les invités de marque sur les albums de Parliament et Funkadelic. Il prête également son talent au Bootsy’s Rubber Band, fondé par Bootsy Collins, l’ancien bassiste de James Brown.