Nico Chelsea Girl

Nico Chelsea Girl – Enregistré le 4 avril 1967 – Mayfair Sound Studios NYC (USA) – Verve
Installée à New York depuis peu, Nico s’intègre vite dans le petit monde de l’avant-garde, où elle devient l’une des protégées d’Andy Warhol. Celui-ci lui offre le premier rôle dans son film vérité Chelsea Girls, avant de l’imposer, littéralement, comme chanteuse à son groupe fétiche, le mythique Velvet Underground.

Descente aux enfers. La personnalité de Nico marque profondément le premier album, qui s’intitule d’ailleurs The Velvet Underground And Nico (1967). Sa voix grave donne un ton étrange aux chansons de Lou Reed et John Cale, notamment Femme Fatale, l’un des titres phares du disque.

Mais les relations avec le reste de la formation ne tardent pas à s’envenimer. Le groupe ne l’accepte jamais vraiment, Lou Reed encore moins, et elle quitte le Velvet en 1967. Nico reprend alors une carrière solo avec l’album Chelsea Girl.

Au moment de l’enregistrement de Chelsea Girl début avril 1967, Nico ne fait déjà pratiquement plus partie du Velvet (elle en sera officiellement évincée fin mai 1967), sa présence étant de plus en plus mal perçue par les autres membres.

Ces derniers acceptent néanmoins de contribuer à son premier album solo, à l’exception notable de Moe Tucker (il n’y a d’ailleurs pas de batterie sur le disque), en lui offrant des chansons et en participant aux sessions d’enregistrement Songwriter alors en plein essor, Jackson Browne, avec qui la chanteuse a eu une liaison pendant quelques mois, signe de son côté trois chansons, dont The Fairest of the Seasons et These Days, les deux superbes ballades qui ouvrent l’album et lui confèrent sa tonalité dominante – celle d’un folk-rock aussi majestueux que mélancolique.

Les autres chansons sont signées Bob Dylan, Tim Hardin, Lou Reed, Sterling Morrison et John Cale du Velvet Underground.

Même si elle n’a pas composé elle-même les morceaux, Chelsea Girl confirme largement l’originalité et le potentiel de Nico. Elle y affirme son style, aux intonations lugubres, quasi gothiques. Sa voix si singulière est austère et pourtant fascinante. Les arrangements, légers et sans prétention, utilisent la flûte, l’alto électrique, le marimba, la guitare, le violoncelle.

Les morceaux possèdent une qualité envoûtante et séduisante, particulièrement le serein et évocateur These Days/I’ll keep it with mine, la ritournelle folk immortelle The Fairest Of The Seasons ou le cousin du « European Son » velvetien It Was A Pleasure Thing avec ce souci d’expérimentation qui apporte un charme intemporel indéniable.

Nico Chelsea Girl
Nico Chelsea Girl

Le titre Chelsea Girl quand à lui fait référence au film réalisé en 1966 par Andy Warhol, Chelsea Girls, dans lequel elle jouait. L’hôtel en question était un établissement plutôt louche où avait été tournée la majeure partie du film. Sa propre chanson relative à l’hôtel consiste en une ligne à la guitare assez simple jouée par le guitariste du Velvet, Sterling Morrison, renforcée par une flûte omniprésente et de temps à autre un accompagnement aux cordes. Nico expose sans fioritures l’histoire des occupants instables et drogués de l’hôtel, des filles des deux sexes ou d’aucun.

Nico détestait ce morceau – comme le reste de l’album, d’ailleurs – à cause des arrangements de flûte et de cordes de Larry Fallon, ajoutés sans son accord par le producteur Tom Wilson, à cause aussi du manque de percussions.

Nico Chelsea Girl
Nico Chelsea Girl

L’album n’a pas fait grande impression à sa sortie. Le public n’est pas prêt à accueillir les chefs-d’œuvre expérimentaux de Nico et leur ambiance mélancolique.

Mais sa beauté sauvage fascinera les générations suivantes, ainsi que l’œuvre provocatrice de Nico, créée plus tard avec John Cale : Patti Smith a chanté ses louanges, Siouxsie Sioux la voulait en première partie.

###

CREDITS : Nico : voix – Jackson Browne : guitare électrique (A1-2, B2-3, B5) – Lou Reed : guitare électrique (A3, A5, B1, B4) – John Cale : viola, orgue, guitare (A3-5) – Sterling Morrison : guitare électrique (B1, B4) – Larry Fallon : arrangements pour violons et flûte – Tom Wilson : producteur – Larry Fallow* : Arrangeur, chef d’orchestre – Val Valentin : ingénieur du son – Gary Kellgren : ingénieur du son – Paul Morrissey : photo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.