Posted in PLAYBISCITÉ

Discothèque idéale selon Anthony Joseph

Never love alone
Discothèque idéale selon Anthony Joseph Posted on 1 mai 2019Leave a comment
Never love alone

Les disques qui comptent pour Anthony Joseph, le Trinidadien de Londres dont la verve tropicalisée et le verbe créolisé s’inscrivent dans le tout-monde. Collectionneur de vinyles, le chanteur a la classe de proposer une sélection de classiques, plus que de faire étalage de raretés pour frimer en société.

  • Marvin Gaye “Here my Dear”
 : Mon préféré de Marvin, une douce mais grondante lettre d’amour à son ex femme, qui contient quelques joyaux comme “Sparrow”, “I met a little girl”, “You can leave but its going to cost you” et le sci-fi funk de “A funky space reincarnation”.
  • Nara Leao “Pede Passagem”
 : C’est en 1994, dans un bac des bonnes affaires à Notting Hill Gate, que j’ai déniché un pressage original de ce vinyle Philips de 1964. Depuis, il est sur ma platine chaque été. De tendres sambas et bossas par la “muse de bossa-nova”, comme la version du classique de Chico Buarque “Ole Ola”, sans doute mon titre préféré de cet album.
  • Mighty Sparrow “Congo man”
 : Un des premiers disques que j’ai connu, mon grand-père le jouait à chaque Noël. Quand je suis venu à Londres, il était dans mon porte-document. Du calypso classique avec un groupe qui swingue et des paroles bien relevées, cet album est l’un des tout bons de Sparrow, ne serait-ce que pour “Congo Man”, “Patsy” and “Get to hell out”.
  • Bob Marley “Exodus” : Le lieu de mes tantes, El Socorro, Trinidad, les block parties, la fumée de l’herbe, les nuits chaudes et pluvieuses en écoutant “Turn your lights down low”.
  • John Coltrane “A Love Supreme”
 : Le plus spirituel que le jazz ait pu offrir ! Mon disque du dimanche matin.
  • The Stooges “Fun House”
 : Probablement le meilleur album de rock’n’roll de tous les temps. Le funk, le punk et le free jazz y entrent en collision. Inspiration appropriée.
  • Rashaan Roland Kirk “Volunteered Slavery” : Rashaan en direct et le souffle féroce sur “Three for the Festival”, sans oublier ma version préférée de “Say a little prayer”. Sublime.
  • Agent K “Feed the Cat”
 : Quand le broken beat britannique rencontre le jazz, cela donne un disque vraiment profond et spirituel qui sonne de mieux en mieux avec le temps. Mes pistes préférées : “Ladies first” et “Feed the Cat, la bande-son pour faire l’amour.
  • Aretha Franklin “Young gifted and Black”
 : Miss Franklin à son excellence, avec Donny Hathaway aux claviers. “First snow in Kokomo” est une merveille, mais “Rock steady” est une des chansons les plus funky qu’elle ait jamais enregistrées, tandis que le thème titre est simplement un cri du coeur déchirant.
  • D’Angelo “Voodoo”
 : La définition la plus essentielle de la neo-soul. Un son lourd et un album profondément soulful. Ecoutez “The Line”, “Send it on”.
Never love alone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.