Milton Nascimento

Considéré comme l’un des artistes de MPB les plus importants de sa génération, Milton Nascimento a toujours su conjuguer popularité, exigences artistiques et conscience politique. Son travail de compositeur a influencé des générations entières de musiciens.

Milton Nascimento naît à Rio de Janeiro en 1942. Il devient orphelin alors qu’il n’est qu’un bébé. Les employeurs de sa mère l’adoptent. A trois ans, il les suit à Très Pontas, une petite ville de l’État de Minas Gerais.

Âgé d’à peine quelques mois, Milton Nascimento est confié par sa mère – Maria do Carmo Nascimento – à la famille qui utilise ses services comme employée de maison. Sa mère biologique décède quelques mois plus tard et ses parents adoptifs (le père est banquier et professeur de mathématiques, la mère professeur de musique et choriste), s’installent alors à Tres Pontas, petite bourgade de l’état du Minas Gerais, célèbre pour ses pierres précieuses, en particulier ses émeraudes.

Milton Nascimento
Milton Nascimento

Il y connaît une enfance heureuse dans un milieu ouvert et cultivé. Son père, professeur de mathématiques, s’occupe également de la station de radio locale. Le jeune Milton ne se contente pas d’écouter toutes sortes de musiques. Il pratique en autodidacte d’abord l’harmonica, puis l’accordéon.

Vers six ans, il organise des spectacles musicaux dans son jardin pour ses copains et à quatorze il reçoit sa première guitare. Dans sa rue habite Wagner Tiso ; le jeune pianiste et lui deviennent inséparables et fondent leur premier groupe. Leur répertoire comprend de la musique brésilienne, comme les toadas, courtes chansons mélancoliques spécifiques à chaque région, mais aussi des fox-trots et des reprises de Little Richard.

Milton Nascimento
Milton Nascimento

En 1958, comme pour beaucoup de musiciens de leur génération, la révolution bossa nova fait prendre conscience à Milton et Wagner qu’il est possible de créer une musique à la fois moderne et tout à fait brésilienne. Ils incorporent de la bossa à leurs spectacles.

En 1963 Milton s’installe à Belo Horizonte, la capitale de Minas Gerais. Le jour, il gagne sa vie dans des bureaux et la nuit, il découvre le jazz qui le fascine et se fait de nouveaux amis dont les frères Lô et Marcio Borges. Le premier lui fait connaître les Beatles et avec le second, il vit une expérience déterminante grâce au cinéma…L’histoire raconte qu’après avoir assisté à quatre représentations du Jules et Jim de François Truffaut, les deux amis, stimulés par leur découverte, se sont mis à écrire leurs premières chansons.

Au milieu des années soixante, le Brésil connaît un phénomène qui fera beaucoup pour l’émergence de toute une génération de musiciens. Les festivals de musiques populaires sont des concours de chansons grâce auxquels se font connaître la plupart des chanteurs de la MPB (Música Popular Brasileira). Le premier de ces festivals est celui de São Paulo ; lors de sa seconde édition Milton Nascimento y remporte la quatrième place.

Milton Nascimento
Milton Nascimento

En 1967, le chanteur Agostinho Santos, un des interprètes de la musique d’Orfeu Negro, et l’arrangeur Eumir Deodato poussent Milton Nascimento à s’y représenter. Malgré ses réticences à reprendre part à une compétition, il finit par céder. Trois de ses chansons sont retenues par le jury, elles obtiennent les quinzième, septième et deuxième place et Milton remporte le prix du meilleur interprète. C’est le grand démarrage de sa carrière et, durant la fin des années soixante, Milton se produit non seulement sur les grandes scènes nationales, mais aussi au Mexique et aux Etats-Unis.

Ses talents d’auteur compositeur sont sollicités par la chanteuse Elis Regis, le saxophoniste Paul Desmond ou le réalisateur Ruy Guerra. 

Pour l’enregistrement de ses trois premiers albums, il collabore avec Eumir Deodato, Luis Eca ou Herbie Hancock. Pendant les années 70, il monte son propre groupe Som Imaginario, dans lequel on retrouve Wagner Tiso ou Nana Vasconcelos. Il enregistre une poignée d’albums où, tour à tour, il explore les musiques de sa région ou de toute l’Amérique du Sud, s’inspire des musiques liturgiques, pratique le jazz. Il participe à l’album  » Native Dancer  » de Wayne Shorter. Il chante en duo avec Mercedes Sosa ou Chico Buarque.

Milton Nascimento
Milton Nascimento

Mais le fait le plus marquant de cette période est le collectif qu’il fonde avec ses amis du Minas Gerais « Clube da esquina ». Les deux albums qu’ils enregistrent en 71 et 78 avec les frères Borges, Wagner Tiso, Beto Guiedes, Ronaldo Bastos, Fernando Brant et Eumir Deodato confèrent à Minas Gerais une position importante dans le Brésil musical, phénomène comparable au mouvement Tropicalia pour la musique créée à Bahia. « Clube da esquina » et « Clube da esquina vol. 2 », auxquels participent de nombreux invités, tels Danilo Caymmi, Paulo Jobim, Chico Buarque, Elis Regina, révèlent un important engagement politique, et la conjugaison des styles pop et jazz, des rythmes africains et des musiques latines, influencera de nombreux musiciens.

Durant les années 80 et 90, Milton Nascimento devient l’un des artistes brésiliens les plus connus au monde. La diversité de ses collaborations reflète l’étendue de ses centres d’intérêts. Il est fidèle à ses vieux complices brésiliens et travaille également avec Caetano Veloso, Nana Caymmi, Gal Costa, Rita Lee ou les instrumentistes mineiros Uakti. Il continue son exploration de la culture latine, reprend le poète cubain Silvio Rodriguez ou compose avec le chanteur portugais Sergio Godinho. Les musiciens de jazz l’adorent. Milton est un habitué des jams sessions avec Wayne Shorter. Il se lie d’amitié avec le guitariste Pat Metheny et est invité sur des disques de Manhattan Transfert ou Sarah Vaughan.

Milton Nascimento
Milton Nascimento

Sa carrière est ponctuée de reprises des Beatles et, sur scène ou en studio, il fréquente de nombreuses stars de la pop musique : James Taylor, Jon Anderson et Peter Gabriel, pour son disque Angelus, mais aussi Sting, Paul Simon et même Duran Duran. Les préoccupations spirituelles et politiques de Milton Nascimento sont intimement liées à son travail d’artiste.

En 1982 il crée une œuvre chorale « Missa des Quilombos », dans laquelle il reprend un réquisitoire cinglant de Dom Hélder Camara contre la misère et le racisme.

Le mouvement étudiant de 84 pour la démocratie adopte une de ses chansons comme hymne. Pour défendre les causes qu’il estime justes, il participe à des concerts de charité et insère les logos d’Amnesty International ou d’organisations écologiques sur ses pochettes de disque.

Milton Nascimento
Milton Nascimento

En 1990, son album Txsai est un réquisitoire pour la sauvegarde de la forêt amazonienne et la défense de ses habitants. On y trouve des enregistrements de différentes ethnies indiennes, des chansons leur rendant hommage et une mise en musique d’un texte de protestation lu par l’acteur River Phoenix. En 95, les Brésiliens s’inquiètent de la santé de Bituca, amical surnom du chanteur. Les rares fois où il apparaît en public, il semble fatigué, amaigri, malade. La rumeur le dit atteint du sida, il souffre en fait de diabète. Il se soigne, reprend du poids et réapparaît en pleine forme avec un album au titre évident Nascimento (naissance).

Deux disques plus tard, dont Crooner, un album de reprises de standards du jazz, de bossa ou de Michael Jackson, au cours d’un voyage en avion avec Gilberto Gil, les deux stars décident de faire cause commune et d’ enregistrer l’album « Gil et Milton » où ils se donnent la réplique avec un profond respect et un évident plaisir.

Il a connu les honneurs de l’ Ordre de Rio Branco » (la décoration la plus importante au Brésil), le titre de « Chevalier des Arts et des Lettres », le Shell Prize, le Sharp Awards, il a été nommé ambassadeur du tourisme environnemental Brésilien, mais ce dont il peut être le plus fier, c’est d’avoir su conjuguer popularité, exigences artistiques et conscience politique.

Une pensée sur “Milton Nascimento, la voix vient de la mère”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.