Posted in ALBUM

Al Di Meola Paco de Lucia John Mclaughlin, live in San Francisco

Never love alone
Al Di Meola Paco de Lucia John Mclaughlin, live in San Francisco Posted on 2 décembre 2019Leave a comment
Never love alone

Al di Meola Paco de Lucia John Mclaughlin San Francisco – Enregistré le 5 décembre 1980 au Warfield Theatre, San Francisco, California – Columbia
Décembre 1980 : de Louis Armstrong à Bob Dylan, en passant par Charlie Chaplin, le théâtre Warfield de San Francisco en a vu passer, des artistes de légende… Mais la venue des trois virtuoses de la guitare acoustique le fait entrer dans une autre dimension.

C’était un vendredi de décembre 1980, le 5 pour être précis. Paco de Lucía a la boule au ventre. Il a beau être l’un des maestros du flamenco, il n’est pas à l’aise quand il s’agit d’improviser. Ses deux complices, John McLaughlin et Al Di Meola, le vivent beaucoup mieux : stars de la six-cordes électrique et du jazz fusion, ils ne redoutent pourtant pas la « nudité » du format acoustique.


al di meola paco de lucia john mclaughlin san francisco

Une fois sur scène, malgré sa posture faussement sévère, Paco de Lucía lâche les chevaux. Pendant une « battle » d’anthologie avec John McLaughlin, l’Espagnol magnifie Frevo Rasgado, une composition du Brésilien Egberto Gismonti.

Tous les concerts de cette tournée mélangent solos, duos et trios, mais le disque qui a immortalisé ce 5 décembre 1980 (Friday Night In San Francisco) ne conserve que les performances communes : un affolant medley, Mediterranean Sundance / Rio Ancho, par De Lucía et Di Meola, une divagation autour de Short Tales of The Black Forrest par McLaughlin et Di Meola ou encore une vibrante Fantasia Suite avec les trois hommes.

al di meola paco de lucia john mclaughlin san francisco
al di meola paco de lucia john mclaughlin san francisco

Tous ces morceaux instrumentaux deviendront des « tubes » pour des générations de manieurs de six-cordes. Vendu à plusieurs millions d’exemplaires, le disque contribuera à populariser la guitare acoustique bien avant l’avènement des célèbres « MTV Unplugged ».

Le critique américain Walter Kolosky dira du trio qu’il « a fait pour la guitare acoustique ce que Benny Goodman a fait pour le jazz ». À savoir : un concert charnière qui a su mettre le grand public dans sa poche.

Au fil de l’écoute du disque, on distingue d’ailleurs les spectateurs se faire de plus en plus bruyants, séduits, enthousiastes. Quand Al Di Meola et John McLaughlin se lancent dans une Panthère Rose impromptue, le Warfield éclate de rires comme lors d’un spectacle comique.

al di meola paco de lucia john mclaughlin san francisco
al di meola paco de lucia john mclaughlin san francisco

L’alliance des trois hommes donne naissance à deux autres disques : Passion, Grace & Fire en 1983 et The Guitar Trio en 1996. La preuve que cette nuit de 1980 a laissé des traces. Après elle, Paco de Lucía, John McLaughlin, Al Di Meola sont comme liés à jamais.

« C’est très sympa de jouer avec John et Al, déclarera le guitariste espagnol. C’est une belle concurrence : c’est un combat à trois sur scène chaque soir. »

Et si le maestro du flamenco lance cette phrase, telle une boutade, lors d’une tournée organisée des années après ce fameux vendredi à San Francisco, la magie de ce 5 décembre 1980 doit sans doute aussi beaucoup à l’électrique combat d’égos que se livraient à l’époque ces trois monuments de la guitare.

###

CREDITS :

Never love alone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.