Bobby Womack
Bobby Womack

Depuis les années 60, l’un des maîtres de la soul music. Né à Cleveland (Ohio) dans une famille pauvre, B.W. chante le gospel avec ses quatre frères Cecil, Harris, Curlis et Friendly Jr., lorsque Sam Cooke les signe sur son jeune label Sar, les rebaptise Valentinos pour une production rhythm & blues.

« Looking For a Love » est un hit mineur en 62 (J. Geils Band en donnera une version mémorable neuf ans plus tard). B.W. file un coup de main à un débutant nommé Jimi Hendrix en 62, et « It’s All Over Now » en 64 (écrit par Bobby) est le premier n° 1 des Rolling Stones la même année.

Les Valentinos se séparent peu après et il devient le guitariste de Cooke jusqu’à la mort de celui-ci fin 64. Il écrit pour Aretha Franklin, Jerry Butler, Percy Sledge, Joe Tex et Wilson Pickett (« i’m a Midnight Mover ») dont il est le guitariste sur la majorité de ses hits des années 60. Il enregistre seul pour Him et Checker (65), Atlantic et Keymen (67), liberry (67-70) et se spécialise dans l’arrangement de chansons grand public.

Cet excellent guitariste (sur Lady Soul d’A. Franklin en 68 en particulier), chanteur – compositeur, est encouragé par Sly Stone (il joue de la guitare sur There’s a Riot Goîn’) au début des années 70 à se lancer dans une production plus personnelle, combinant des phrases instrumentales élaborées et un rap qui lui vaut le surnom de «The Preacher». Il publie deux albums d’une soul puissante en 72 et 73 avec les musiciens de Muscle Shoals.

Communication (le hit « That’s the Way I Feel About Cha ») et Understanding (les hits « Harry Hippie » et « Woman’s Gotta Have It » repris par James Taylor sur In the Pocket) et obtient un disque d’or en avril 74 pour une reprise pop de « Looking For a Love ». Une voix pleine de feeling et des compos chaleureuses pas très éloignées du rock, B.W. assure la production de ses disques et obtient un succès croissant, mais limité.

En 72, il compose la musique du film policier de la « blaxploitation » de Barry Shear Across 110th Street (avec Anthony Quinn). Il reprend en 73 «Nobody Wants You When You’re Down And Out », « That’s Heave» To Me » (S. Cooke) «All Along the Watchtower» de Bob Dylan. Il travaille aux studios Muscle Shoals (Alabama) avec la fameuse équipe Barry Beckett (claviers), Jimmy Johnson (guitares), David Hood (basse) et Roger Hawkins (batterie), réenregistre « It’s All Over Now » avec Bill Withers en 75, participe à l’enregistrement et à l’écriture de Now Look de Ron Wood, et effectue sa première tournée européenne début 76 après Safety Zone. De retour la même année à Muscle Shoals, il donne le formidable Home Is Where the Heart is, avec des reprises de « How Long » (Paul Carrack) et « A Change Is Gonna Corne » (S. Cooke).

Son fils meurt en juin 78 et Roads Of Life est un échec en 79. Retour inespéré avec le splendide «The Poet» en 81, The Poet ll en 84 et un duo avec Patti LaBelle, «Love Has Finally Come At Last ». En 86, il retrouve les Rolling Stones pour Dirty Work. Avant une reprise de « Living In a Box » (dans The Last Soûl Mon) du groupe du même nom, la voix la plus languissante et la plus chaude de la soûl classique américaine (avec Al Green) affirme un retour sexy en 87 avec un standard du blues, «I Wanna Make Love To You », repris au même moment par Eric Clapton. Il poursuit une carrière de musicien de studio dans les années 90, et son nom refait surface en 97 quand le réalisateur Quentin Tarantino a l’excellente idée d’inclure « Across 110th Street » dans la BO de Jackie Brown.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.