Previous Article Next Article Maggot Brain (Funkadelic), magnifique bâtardise stylistique et partouze funkadélique
Posted in ALBUM

Maggot Brain (Funkadelic), magnifique bâtardise stylistique et partouze funkadélique

Never love alone
Maggot Brain (Funkadelic), magnifique bâtardise stylistique et partouze funkadélique Posted on 8 avril 2019Leave a comment
Never love alone

Funkadelic Maggot Brain – Enregistré fin 1970 début 1971 aux Universal Studios, Detroit – Westbound Records
« La Terre Mère est enceinte pour la troisième fois, et c’est vous tous qui l’avez engrossée. J’ai goûté les asticots de l’esprit universel, et je ne me suis pas senti offensé. Car je savais que je devais m’élever au-dessus de tout cela sous peine de me noyer dans ma propre merde ».

C’est par cette citation apocryphe que débute Funkadelic Maggot Brain, album marquant la mise sur orbite de la fusée Funkadelic, groupe de légende fondé par George Clinton, premier fils d’une famille de neuf enfants, né dans la misère le 22 juillet 1942 à Kannapolis, minuscule bourgade de Caroline-du-Nord.


Funkadelic Maggot Brain

D’abord   coiffeur   dans   le   New  Jersey, George Clinton fonde The Parliaments, combo de doo-wop, à la fin des années  1950.  Puis il développe deux groupes jumeaux et complémentaires, Funkadelic et Parliament, véritables machines de guerre donnant une version influencée par le psychédélisme du funk originel moulé par James Brown, avec qui Clinton a notamment en commun le bassiste spatial Bootsy Collins. Le nom de code de ce funk extraterrestre, baroque et détraqué : P-funk.

La légende du P-funk prend son essor avec ce disque jmmarcescible, d’une aveuglante beauté, défini par les dix minutes de sa chanson-titre, dont le solo de guitare signé Eddie Hazel a grandement contribué à la renommée.

Funkadelic Maggot Brain
Funkadelic Maggot Brain

La légende veut que George Clinton, encore sous l’influence du LSD, donne comme instructions à Hazel de jouer la première moitié du morceau comme si sa mère venait de mourir, et la seconde comme s’il venait de découvrir qu’elle était en vie. Son solo est d’une telle puissance que Clinton choisit de le mettre en avant, au détriment des autres instruments, qui disparaissent à l’arrière-plan du paysage sonore.

« J’ai tout enregistré et mixé sous acide, confirme Clinton. Le mix était dix fois plus puissant que ce qu’il y avait sur la bande. Le master 24-pistes n’a rien à voir avec le disque qui est sorti. On a rajouté une tonne d’écho ». Le titre sera joué à l’enterrement d’Eddie Hazel.

Aux côtés du soliste inspiré qu’est Hazel, l’équipe dirigée par George Clinton comporte un guitariste rythmique (Tawl Ross), le bassiste Billy Bass Nelson, le batteur Tiki Fulwood et le clavier Bernie Worrell, pièce maîtresse de la galaxie P-funk.

Chacun des musiciens collabore à l’écriture du disque, Ross à Super Stupid, Fulwood à Wars Of Armageddon, Worrell à You And Your Folks, Me And My Folks. On trouve dans des jams impeccables comme Can You Get To That ce groove imparable, cet art d’accommoder des chœurs parfaits avec des voix de dessin animé, comme pour dynamiter l’ennui qui pourrait jaillir de trop de virtuosité.

Funkadelic Maggot Brain
Funkadelic Maggot Brain

D’une modernité évidente, le long final Wars Of Armageddon additionne une rythmique solide et des effets sonores bizarres. On entend le coucou d’une horloge à 4 minutes 21 et une vache qui meugle trente secondes après, mais aussi des rires en boîte mixés avec des moteurs de voiture sur fond d’orgue cadencé et de batterie en folie.

C’est la fusion de plusieurs univers parallèles, vingt ans avant le métissage mécanique induit par les machines permettant d’échantillonner du son. Who Says A Funk Band Can’t Play Rock ?, fera mine de se demander Clinton sept ans plus tard.

Question rhétorique : Funkadelic Maggot Brain prouvait déjà la magnifique bâtardise stylistique de sa partouze funkadélique.

###

CREDITS :

George Clinton, Raymond Davis, Fuzzy Haskins, Calvin Simon, Grady Thomas, Garry Shider, Hot Buttered Soul – vocals
Eddie Hazel – guitar, vocals
Tawl Ross – guitar, vocals
Bernie Worrell – keyboards, vocals
Billy Nelson – bass guitar, vocals
Tiki Fulwood – drums

Produced by George Clinton

Never love alone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.