Posted in PLAYBISCITÉ

Discothèque idéale selon Janelle Monáe

Never love alone
Discothèque idéale selon Janelle Monáe Posted on 5 octobre 2013Leave a comment
Never love alone

Janelle-MonaeLes disques qui comptent pour Janelle Monáe dont « The ArchAndroid » a été élu album de l’année 2010 par la rédaction de Vibrations. Un choix radical bien à son image, et qu’elle donne dans l’ordre de préférence.

Stevie Wonder « Innervisions »
 : Une musique fantastique, très organique. J’aime beaucoup les synthétiseurs qu’il utilise sur la majorité des chansons (« Visions » est ma favorite). Et sa voix me transporte où aucun autre artiste n’est capable de le faire.

Stevie Wonder « Music of my Mind »
 : J’adore cette pochette avec ses lunettes de soleil. Il y a toujours ces synthétiseurs et c’est sur cet album que j’ai découvert le Moog. Mais il a expérimenté tant de choses… Je crois que « Girl Blue » est ma chanson préférée sur le disque, je m’en suis d’ailleurs inspirée pour « Say You’ll Go » sur « The ArchAndroid ».

Stevie Wonder « Songs In The Key Of Life »
 « Love’s in Need of Love Today » : continue de me faire pleurer. Tout est extraordinairement riche, spirituellement. Nous avons dix-huit chansons sur « The ArchAndroid », il y en a vingt-et-une sur « Songs In The Key Of Life » et nous avons beaucoup étudié la manière dont Stevie Wonder a organisé une matière aussi complexe pour rythmer l’album.

David Bowie « The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars » : 
J’ai fait une reprise de « Moonage Draydream ». Ce disque était totalement en pointe et la voix de Bowie me touche. C’est aussi un grand concept-album : l’histoire, les seize titres, la diversité des instruments assemblés… Je suis un auteur et je ne conçois pas la musique sans une forme de théâtralisation.

Lauryn Hill « The Miseducation of Lauryn Hill »
 : Le premier album que j’ai acheté avec mon propre argent, au lycée. C’est la première femme artiste à laquelle je me suis identifiée : ses convictions, sa forte personnalité, sa voix… C’est aussi un concept-album et, par dessus tout, une oeuvre profondément honnête.

© vibrations magazine

Never love alone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.