Bande originale de Vampyros Lesbos (Manfred Hubler / Siegfried Schwab)

Enregistré en 1969 aux Audio Tonstudio (Berlin) et Ariola Studios, Meistersaat (Berlin) – Crippled Dick Hot Wax!
Réédité en 1995 par le label Crippled Dick Hot Wax, Vampyros Lesbos Sexadelic Dance Party regroupe des titres enregistrés en 1969 par Manfred Hubler et Siegfried Schwab (aka The Vampires’ Sound Incorporation), tirés de deux albums (Psychedelic Dance Party et Sexadelic) et destinés à trois films réalisés par Jess Franco : « Mrs Hyde, She Kills in Ecstasy », « The Devil Came from Akasawa » et « Vampyros Lesbos » qui donne donc son nom à ce disque.

Pour mieux situer le contexte de vampyros lesbos , rappelons que nous sommes alors en plein âge d’or des nanars d »horrotica » et que parallèlement, les années 60/70 ont été un formidable terrain de jeu pour les compositeurs de bandes originales : tout particulièrement chez les italiens (se référer aux compilations Easy Tempo ou Mondo Morricone), mais pas seulement comme en témoignent, par exemple, les discographies de Henry Mancini (Pink Panther, The Party…), Lalo Schifrin (Bullitt, Mission Impossible…) et autres Roy Budd (Get Carter).

Vampyros Lesbos

Manfred Hubler et Siegfried Schwab constituent un parfait exemple de cette mouvance, au point d’avoir suscité un certain engouement durant ces dernières années. Car si Jess Franco jouit d’un certain culte au sein des cercles cinéphiles initiés, la musique de ses films (et notamment celle de  » Vampyros Lesbos « ) a gagné en popularité relativement récemment : Quentin Tarantino utilisa même un titre (The Lions and the Cucumber) pour Jackie Brown en 1996… l’égérie de Jess Franco, Soledad Miranda, n’ayant rien à envier aux héroïnes de la blaxploitation.

Les deux compositeurs allemands atteignent ici les sommets du genre, tout d’abord grâce à la diversité de leurs choix d’instruments : entrées fracassantes des cuivres, guitares excentriques, lignes de basse redoutables, cithare incontournable (l’instrument était très prisé à l’époque, l’exemple le plus célèbre demeure peut-être celui de Peter Sellers dans The Party en 1968), orgues et piano en plein mix jazz/space-pop, flûte envoûtante et voix hallucinées.

Vampyros Lesbos
Vampyros Lesbos

Une armada très vaste donc, mais qui brille essentiellement par l’audace de son utilisation. En effet, tout au long de ces quatorze titres, Manfred Hubler et Siegfried Schwab misent sur les aspects entraînants, dansants et psychédéliques, avec une bonne dose d’exubérance, au point de reprendre le Satisfaction des Rolling Stones à la sauce exotique ou encore de dégainer un arsenal de violons en plein milieu d’un titre groovy (Shindai Lovers).

Dans cette jungle luxuriante, nos deux compères osent par ailleurs de nombreux croisements stylistiques (pop, jazz, exotica, rock, funk…), distillent des arrangements extrêmement riches (une idée à la seconde, serait-on tentés de dire) avec en point de mire, un objectif unique: l’extravagance. Ajoutons enfin que l’ensemble est admirablement servi par une production sans failles, qui restitue parfaitement le dynamisme et la folie des instruments, tout en garantissant un équilibre des plus judicieux. Alors, que dire de Vampyros Lesbos ? Un must have, assurément !

Bande originale de Vampyros Lesbos (Manfred Hubler / Siegfried Schwab)
Bande originale de Vampyros Lesbos (Manfred Hubler / Siegfried Schwab)

###

Attention, titre piège

Ce disque ne contient pas uniquement la B.O. de Jess Franco, Vampyros Lesbos . Il compile en fait des extraits de deux albums sortis en 1969, Psychedelic Dance Party et Sexedelic, qui eux-même réunissaient 3 bandes originales de films du mythique Espagnol: Erbin Des Dracula (Vampyros Lesbos), donc, mais aussi Sie Tötete In Ekstase (She Killed In Ecstasy) et Der Teufel Kam Aus Akasawa (The Devil Came From Akasawa). Financés par un producteur germanique, ces trois films bis bénéficièrent aussi du talent de Manfred Hübler et Siegfried Schwab pour leur B.O. Bon, quand on parle de talent, il ne faut pas non plus se tromper: les deux teutons sont quand même assez loin du niveau atteint à la même époque en Italie par Ennio Morricone ou Piero Picciono pour des films pourtant du même acabit. Joyeuse partouze kitsch et instrumentale de guitares fuzz, d’orgues hammond et de sitar sans doute directement improvisée en studio, Vampyros Lesbos s’écoute joyeusement et sans déplaisir. On peut même y dénicher en plage 9 un pur petit joyau, Necronomania, un moment rare où tous les éléments semblent enfin être en place, la mélodie jouée au piano dégageant même une rare et mélancolique sensualité.

Cris et borborygmes

Sur les deux albums, Psychedelic Dance Party (1969) et Sexadelic (1970), le réalisateur Jess Franco participe lui-même aux sessions d’enregistrements (responsable de cris et borborygmes, il sera crédité sur la pochette du vinyle sous le pseudonyme de David Khune, mais pas sur la réédition CD).

###

CREDITS : Vampires’ Sound Incorporation, The (tracks: 1 to 3, 11)
 : musiciens – Manfred Hübler : Arrangeur, Conductor – 
Siegfried Schwab : Arrangeur, Conductor – Töni Schifer* : Art Direction – 
Jurgen Wentorff : Engineer (Audio Tonstudio) – 
Guenther Topel : Engineer (Ariola Studios) – 
Toner Van Bach : Art Direction – 
Klaus Back : Remastering – Daniel Paul Hoffman*, Hans Schaaf (Cabinet Studios) : 
Remastered

Instruments : Batterie/percussions : Balla Balla, Hick-Hack, Congo, Threeangle
E-Basse : Grumbling Bass-Viol
Sitare : Hash-Fiddle (Duty paid)
Trompette : Infra-Lur in P-soft minor
Trombone : Battle-Horn of Jericho
Orgue : Galaxy’s Sound Machine (Type Galilei)
Piano : Yammer Playleg, 1 Catch-as-catch-can if you can
Guitares : 12-string, Electro-Dissonatars, Ultra-Lyre, 1 13-part resurrection-harp
Flûte : Mousophon (Harmelin model)
Voix : Los Capuzinos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.