Previous Article Next Article Mild Maniac (Volker Kriegel), la rudesse du rock et la souplesse du jazz
Posted in ALBUM

Mild Maniac (Volker Kriegel), la rudesse du rock et la souplesse du jazz

Never love alone
Mild Maniac (Volker Kriegel), la rudesse du rock et la souplesse du jazz Posted on 26 mai 2020Leave a comment
Never love alone

Enregistré le 23 février 1974 au Studio Walldorf (Francfort, Allemagne) – MPS records
Considéré comme l’un des protagonistes du jazz rock en Allemagne, le guitariste et compositeur Volker Kriegel a joué un rôle décisif dans l’établissement et le développement de ce style en Europe. Se situant quelque part entre Pat Metheny, John Scofield, ou John McLaughlin, Kriegel a exploré un large éventail de sons acoustiques et électriques s’ouvrant à de nombreux univers de « musique du monde », cultivant parfois un son de sitar ou un esprit folk.

Au début des années 1960, Volker Kriegel étudie la sociologie et la psychologie à l’université Goethe de Francfort. Durant ses études, Kriegel, très actif au sein de la scène jazz de Francfort, participe aux jam-sessions locales accompagné d’Albert et Emil Mangelsdorff, Fritz Hartschuh, Gustl Mayer et Rolf Lüttgens.


Volker Kriegel Mild Maniac

En 1964, Volker Kriegel interrompt ses études. Influencé par ses contacts au sein de la scène jazz, il devient musicien professionnel à plein temps. En 1967, Kriegel est membre des groupes Swinging Oil Drops d’Emil Mangelsdorff, orientés jazz grand public et du Sound Constellation de Gustl Mayer. Il contribue également à l’album Doldinger Goes On du saxophoniste Klaus Doldinger.

De 1968 à 1973, il officie au sein du Dave Pike Set, dont le succès grandissant le fait connaitre comme musicien confirmé. Déjà avec le Dave Pike Set, Kriegel se détourne d’un jazz « académique » et s’oriente vers les sons et les rythmes populaires de Bossa Nova.

Volker Kriegel Mild Maniac
Volker Kriegel Mild Maniac

Dès 1968, il se produit avec son propre groupe sous le nom de Volker Kriegel Quartett (Claudio Szenkar (vib), Eberhard Leibling (b), Peter Baumeister (dr)) au Festival de jazz de Francfort, ce qui accroît encore sa notoriété et lui vaut d’être rapidement reconnu comme « le guitariste de jazz incontournable en Allemagne ».

En 1972, il sort le double LP « Inside : Missing Link » et devient ainsi un protagoniste du jazz rock allemand. Dès la première année, 7 000 exemplaires sont écoulés, un résultat honorable pour le label MPS.

Après avoir quitté Dave Pike, Volker Kriegel fonde en 1973 le groupe Spectrum (avec Eberhard Weber (b), Rainer Brüninghaus (keyb), Joe Nay (dr)), avec lequel il sort le LP Mild Maniac en 1974 sur le label allemand MPS.

Volker Kriegel Mild Maniac
Volker Kriegel Mild Maniac

Composés de 6 titres instrumentaux, tous signés par Kriegel à l’exception de D-Dodel, une composition collective, l’album s’ouvre sur Mindwill, un groove relâché avec synthétiseur et clavier Rhodes navigant entre les solos électriques et acoustiques de Kriegel.

D-Dodel, une pièce expérimentale de 12 minutes est construite autour d’un solo de basse de Weber. La guitare de Kriegel dialogue avec le piano électrique de Bruninghaus pendant les premières minutes avant d’être interrompu par la basse de Weber.

Les 19 minutes combinées de The Visit et de D-Dödel constituent un temps fort de l’album, ce dernier comprenant une improvisation innovante de Weber sur basse électrique et une interaction subtile entre Kriegel et Brüninghaus.

La guitare de Krieger, parfois cristalline, est traitée avec différents effets sur l’avant-dernière piste, The Visit.

 Volker Kriegel Mild Maniac
Volker Kriegel Mild Maniac

La symbiose entre les compositions de Kriegel, pleines de caractère, les contributions aériennes de Nay et Weber et la variété des couleurs de Brüninghaus font de cet opus un grand moment de jazz rock.

La formule de Kriegel est aussi simples que complexes : la rudesse du rock et la souplesse du jazz alliés à la mélancolie du blues et l’émotivité de la soul.

La basse rock d’Eberhard Weber au groove métronomique sur une contrebasse électro et la batterie au rythme sec de Joe Nay, sont sans cesse mises sous tension par les percussions chatoyantes de Peter Giger.

Volker Kriegel Mild Maniac
Volker Kriegel Mild Maniac

Si la période Spectrum constitue le pinacle de la carrière de Kriegel, Mild Maniac a longtemps été considéré comme étant son enregistrement le plus abouti.

De 1973 à 1974, Kriegel jouera à nouveau avec Klaus Doldinger, qui, entre-temps, joue également du jazz-rock avec son groupe Passport. Il participe en 1974 au LP live Doldinger Jubilee Concert et se produit avec le groupe sous le nom de Jubilee Passport au festival de jazz allemand la même année.

Après la dissolution de Spectrum en raison de différends avec Weber, Volker Kriegel fondera en 1975 le Mild Maniac Orchestra (avec Evert Fraterman (dr), Thomas Bettermann (keyb), Hans Peter Ströer (b)), avec lequel il sera actif jusqu’aux années 1980.

###

CREDITS :

Never love alone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.