Previous Article Next Article High Contrast (Gabor Szabo), première incursion du guitariste en territoire jazz fusion
Posted in ALBUM

High Contrast (Gabor Szabo), première incursion du guitariste en territoire jazz fusion

Never love alone
High Contrast (Gabor Szabo), première incursion du guitariste en territoire jazz fusion Posted on 3 avril 2020Leave a comment
Never love alone

Gabor Szabo High Contrast – Enregistré entre décembre 1970 et février 1971 – Blue Thumb Records
Etabli à Los Angeles, Gabor Szabo exerce ses activités à la télévision et fonde le Perfect Circle formation dont le répertoire va de là (pseudo) musique classique au jazz-rock. L’émergence du rock permet à Gabor Szabo d’expérimenter des formes de jazz plus accessibles. Durant les années 70, Gabor Szabo se produit régulièrement le long de la côte ouest, hypnotisant le public avec son style enchanteur et fascinant mêlant jazz, pop, musique gypsy et indienne.

Enregistré en 1970 pour le label Blue Thumb avec le producteur Tommy LiPuma et l’ingénieur Bruce Botnick, Gabor Szabo High Contrast parait en 1971. L’album représente l’une des collaborations les plus remarquables dans la carrière de Szabo.

Le guitariste hongrois fait appel à Bobby Womack comme guitariste rythmique et compositeur qui contribue à quatre des sept titres de l’album.


Gabor Szabo High Contrast

Le reste du groupe comprend le batteur Jim Keltner, les bassistes Wolfgang Melz et Phil Upchurch, et le conguero Felix  » Flaco  » Falcon, ainsi que quelques autres percussionnistes.

Un jumelage exceptionnellement réussi de Gabor Szabo avec la légende du R&B Bobby Womack. Gabor Szabo s’enfonce dans un groove soul, inspiré par les originaux soyeux et lisses de Womack. High Contrast est surtout significatif pour l’original  » Breezin  » que Womack a écrit spécialement pour Szabo et que le producteur Tommy LiPuma a transformé en un énorme succès pour George Benson en 1976.

Plusieurs autres airs inclus ici (« Just A Little Communication » et « If You Don’t Want My Love ») que Womack a popularisé dans sa partition pour le film, Across 110th street (1971).

Précédant de trois ans celui de Bob James, One, et publié la même année que Inner City Blues de Grover Washington Jr, High Contrast est un exercice précoce de jazz funky léché.

Gabor Szabo
Gabor Szabo High Contrast

L’ouverture  » Breezin’ « , un morceau qui deviendra un standard après la version de George Benson en 1976, marque certainement la naissance du smooth jazz.

Tommy LiPuma avait une maison de disques appelée Blue Thumb. Ils m’ont donné une avance et m’ont dit : « Écris ces chansons pour Gabor. Il arrive d’Amérique du Sud. » Je n’ai jamais fait ça. Un jour, ils m’ont appelé et m’ont dit : « Viens au studio. On est fatigués d’entendre toutes ces excuses. » J’ai donc commencé à écrire différentes chansons, à les inventer comme elles me venaient à l’esprit. La première chose qui vient à un auteur/compositeur est une mélodie. Finalement, je pense qu’après trois chansons, j’ai commencé à jouer « Breezin’. » Je n’avais même pas de titre pour ça. Ils ont dit : « Qu’est-ce que c’est ? » J’ai dit : « C’est « Breezin ».  »Ils ont dit : « Breezin » où ? » J’ai dit : « Je ne sais pas, mec. » Je n’avais jamais joué aucune de ces chansons auparavant. Je suis entré et j’ai joué « Breezin' », et ensuite j’ai commencé à chanter la mélodie, et j’ai dit, « Ça va être à toi Gabor. » Alors ils l’ont enregistré, et il l’a apprise. Il était comme un poisson dans l’eau. Et je me suis dit : « J’ai inventé ces chansons juste parce qu’ont a jammé en studio. S’ils me demandaient de les rejouer, je les jouerais surement différemment. » (Bobby Womack)

Gabor Szabo High Contrast
Gabor Szabo High Contrast

La version instrumentale de  » If You Don’t Want My Love  » précède la version vocale qui apparaîtra sur la bande sonore d’Across 110th Street (Womack – J.J Johnson) en 1972, et du funky  » Communication  » qui apparaîtront sous de nombreuses formes au cours du reste de la carrière du chanteur.

Szabo nous livre également quelques titres originaux mettant en avant sa fusion de la musique folklorique hongroise, du jazz, du rock psychédélique et des sons modaux orientaux, dont les percutants « Amazon » et « Azure Blue », avec ses tableaux de cordes style CTI tourbillonnant en toile de fond dans l’interaction entre Szabo et Womack. Sur le titre Amazon, on note une légère réminiscence de Santana, l’inimitable son de guitare de Carlos mis à part.

Pour l’anecdote, Carlos Santana a toujours exprimé une grande affection pour l’interprétation de « Breezin ». Szabo et Santana étaient des amis proches à cette époque et Santana tentait, à l’époque, d’échapper aux contraintes de la musique commerciale et de jouer davantage de la musique exploratoire que Szabo poursuivait.

Gabor Szabo High Contrast
Gabor Szabo High Contrast

High Contrast sonne comme si les nombreuses expérimentations musicales que Szabo avait entreprises jusqu’alors s’étaient transformées en un ensemble séduisant et groove, véritable modèle pour le jazz crossover à suivre. Il reste son meilleur travail, aussi soulful et visionnaire au 21ème siècle qu’il l’était à sa sortie.

###

CREDITS :

Never love alone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.