Posted in ARTISTE

Steel Pulse, histoire d’ados du ghetto d’Handsworth Birmingham

Never love alone
Steel Pulse, histoire d’ados du ghetto d’Handsworth Birmingham Posted on 21 janvier 2018Leave a comment
Never love alone

Formé en 1975 par des adolescents du ghetto d’Handsworth à Birmingham, Steel Pulse fut très largement inspiré à l’époque par Bob Marley & the Wailers. Composé au départ de David Hinds, au chant, à la guitare et à la composition, Basil Gabbidon à la guitare et dans les chœurs, et Ronnie McQueen à la basse. Ils furent rejoints par le batteur Steve Nisbett, par le clavier Selwyn Brown, le percussionniste Alphonso “Fonso” Martin, et le chanteur (chœur) Michael Riley.

Le groupe Steel Pulse émergea à une époque difficile en Angleterre. Les conditions de vie désastreuses d’une grande partie de la population participèrent à l’émergence du mouvement punk mais également à l’explosion de groupes de reggae. Il faut d’ailleurs préciser que ces types de musiciens, loin de s’ignorer allaient travailler ensemble lors de grande manifestation populaire contre le racisme notamment.

Steel Pulse
Steel Pulse

Leur premier album « Handsworth Revolution » fut le gros succès reggae de 1978. Ils avaient sorti auparavant deux singles « Kibudu, Mansetta and Abuku » et « Nyah Love » sur les labels indépendants Dip et Anchor.

Ceux-ci n’avaient pas rencontré leur public, mais les Steel Pulse avaient persévéré jusqu’à signer chez Island, sur les recommandations de Burning Spear, pour le titre « Klu Klux Klan » qui devait être le premier morceau de l’album « Handsworth Revolution ». Un carton comme nous le disions. Un an plus tard ils sortent leur album « Tribute to Martyrs ».

Steel Pulse
Steel Pulse

Après quelques problèmes relationnels avec Island concernant leur plan de carrière, notamment parce qu’ils avaient perturbé leur public avec un morceau plus léger, « Caught You », ils rejoignent Elektra pour qui ils sortent « True Democracy » en 1982.

On ne peut pas dire que l’album qui suit, « Earth Crisis », soit la meilleure période du groupe (mais les couleurs et les goûts de ne se discutent pas). Ils évoluent entre son pop, reggae parfois un petit peu trop commercial. Les fans jugeront.

Steel Pulse
Steel Pulse

Leur « State of Emergency » sort, chez MCA cette fois-ci, en 1988. La recette est la même : le roots reggae n’est pas forcément au rendez-vous. Mais c’est avec Rastafari Centennial qu’ils enregistrent en live à l’Elysée Montmartre qu’ils reviennent sur le devant de la scène reggae.

Le live est tout simplement l’un des meilleurs du genre : textes engagés, instrumentaux massifs, voix envoûtantes… ! ! ! Ils seront d’ailleurs nommés aux Grammy Awards.

Steel Pulse enchaîne en 1994 avec « Vex », qui lui aussi est dans la veine roots du groupe. Ils ont sortis depuis quelques compilations et Live. On vous conseille à ce propos d’aller les voir s’ils passent près de chez vous car Steel Pulse est vraiment un groupe dont on apprécie toutes les qualités en concert…

Never love alone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.