Posted in ARTISTE

Steppenwolf

Never love alone
Steppenwolf Posted on 24 juin 2014Leave a comment
Never love alone

Steppenwolf est un groupe de Rock psychédélique des années 1960 et 1970, surtout connu pour leur immense succès « Born to Be Wild ».

SteppenwolfLa mère de John Kay, le leader du groupe, s’enfuit de Prusse-Orientale (en République démocratique allemande à l’époque) alors qu’il n’a que quatre ans, un épisode qu’il racontera plus tard dans la chanson « Renegade » dans l’album « Steppenwolf Seven ». Sa famille commence par s’installer à Hanovre, en Allemagne de l’Ouest.

Durant cette période, John est profondément touché par le Rock ‘n’ roll Americain, qu’il a entendu sur la Radio des Forces armées des États-Unis. Bien qu’il ne parle pas Anglais à l’époque, l’énergie primaire de cette musique touche en lui quelque chose de profond, ce qui lui inculque une conduite idéale de la liberté personnelle et un intérêt de plus en plus croissant dans la culture Américaine.

Cette vision devient réalité en 1958, lorsque l’adolescent émigre avec sa mère et son beau-père à Toronto. John Kay commence à jouer en 1964 à Toronto avec Jerry Edmonton et Goldy McJohn dans un groupe Bluesy appelé The Sparrow. En 1967, ils déménagent à San Francisco et se transforment en Steppenwolf.

En 1967, The Sparrow suit son destin et Kay revient à Los Angeles, où le producteur Gabriel Mekler maison de ABC-Dunhill Records l’encourage à former un nouveau groupe pour enregistrer pour son label.

Pour cela, le chanteur réengage deux anciens membres de The Sparrow, le batteur Jerry Edmonton et le claviériste Goldy McJohn, et recrute un guitariste prodige de 17 ans appelé Michael Monarch et le bassiste Rushton Moreve. Le nouvel ensemble se baptise Steppenwolf, d’après le roman mystique de l’auteur Allemand Hermann Hesse, « Der Steppenwolf ».

Le groupe devient mondialement connu quand leur troisième simple, « Born to Be Wild » ainsi qu’une autre de leurs chansons, « The Pusher », furent utilisés dans le film Easy Rider. « Born to be Wild » est devenu, depuis, un grand classique rock de la rébellion et c’est toujours, aujourd’hui, l’hymne des Hell’s Angels.

D’autres succès suivirent comme « Magic Carpet Ride » tiré de l’album « Steppenwolf the Second » et « Rock Me » de l’album « At Your Birthday Party ». De nombreux fans considèrent le double album « Steppenwolf Live » comme leur tout meilleur disque. Les albums les plus politiques du groupe sont « Monster » et « For Ladies Only », véritables clichés instantanés des attitudes rock n roll de l’époque.

Le groupe se sépare, une première fois, en 1971, et John Kay entame alors une carrière solo. Steppenwolf se reforme en 1974 avec l’album « Slow Flux », puis se sépare de nouveau en 1976. John Kay reforme une nouvelle fois le groupe au début des années 1980 et part en tournée sous le nom de « John Kay And Steppenwolf ». Il sort également un album solo en 2001.

Dans le monde chaotique du Rock ‘N’ Roll, dans lequel la durée de vie de la plupart des groupes musicaux peut être mesurée en termes de quelques années ou même parfois quelques mois, John Kay et Steppenwolf émerge comme l’un des groupes rock les plus durables et les plus respectés, offrant une musique finement chargée de Hard Rock pendant plus de trois décennies.

Never love alone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.