• Post category:ALBUM
  • Auteur/autrice de la publication :
  • Temps de lecture :9 min de lecture

Lorsqu’il fonde le groupe de jazz-funk Cortex en 1974, Alain Mion est loin de se douter qu’il deviendra une véritable source d’inspiration pour les rappeurs outre-Atlantique. Enregistré en deux jours et paru en 1975, le premier album « Troupeau Bleu » est devenu culte au fil des ans, et s’est vu redécouvrir notamment grâce au hip-hop, qui l’a abondamment samplé de Madlib à MF Doom, et plus récemment, Rejjie Snow.

Le jeune Alain Mion commence la scène en tant qu’amateur dans un festival de banlieue parisienne. Il a alors 16 ans. Au sein de diverses formations il reprend des standards de jazz : Coltrane, Miles Davis, du blues.

Mion commence à composer pour un trio (guitare, basse, piano) avec Jeff Huttner et Alan Jaffe. Ensemble, ils tournent au Blue Note et plusieurs clubs parisiens, l’occasion de se faire les griffes avec des pointures telles Hank Mobley, Philly Joe Jones.

Cortex Troupeau Bleu

Après une parenthèse militaire, service oblige, durant laquelle il profitera de chaque permission pour jammer avec des pointures américaines, il commence à travailler en tant que cadre dans les travaux publics. Hein ??? La nuit, il accompagne​ Hal Singer au Gill’s Club. Ouf…

En 74, il laisse les jobs alimentaires de coté pour se consacrer entièrement à la musique. Avec le batteur Alain Gondolfi, il fonde le groupe​ Cortex et enregistre dans la foulée l’album “Troupeau Bleu”.

Cortex a été c​réé de manière spontanée sans gros moyens financiers. On a​vait besoin de musiciens solides et costauds, des mecs qui jouaient avec Johnny Hallyday ou Eddy Mitchell par exemple. Mais ils n’allaient pas refuser de partir en tournée avec eux pour trois dates avec nous. On a donc changé de formation pour se retrouver à cinq avec deux chanteuses. On a eu des types vraiment supers et une des chanteuses travaillait aussi avec Claude François.

Alain Mion
Cortex Troupeau Bleu

En deux jours, Mion enregistre “Troupeau Bleu” au Studio Damiens de Boulogne-Billancourt, accompagné de Jean Grevet à la basse, Alain Gandolfi à la batterie, Alain Labib au sax et Mireille Dalbray au chant.

Admirateur de Herbie Hancock comme de Parliament ou de Sergio Mendes, Alain Mion rassemble toutes ses influences sur « Troupeau Bleu », qui donne son nom à l’album. Mion qui compose depuis ses débuts signe ici tous les titres.

J’ai une théorie : quand on fait le conservatoire on apprend à jouer comme son professeur. On peut être très bon exécutant, avoir le feeling aussi mais si on est marqué par quelqu’un, cela bloque l’originalité. Toute ma vie, j’ai toujours pensé que la seule chose qui permettait d’avancer c’était la création et l’originalité.

Alain Mion
Cortex Troupeau Bleu
Cortex Troupeau Bleu

Les titres se distinguent du groove US, funky bien sur, mais aussi ce coté light avec d’indéniables influences brésiliennes, son utilisation de voix féminines évanescentes adossées au Fender Rhodes de Mion qui donne à l’album cette texture totalement inédite.

L’album regorge de pépites jazz/funk, comme l’hymne instrumental Mary & Jeff ou encore des morceaux comme La Rue ou Troupeau Bleu qui laissent place à la voix haut-perchée et envoûtante de Mireille Dalbray.

La formation enchainera avec l’album “V​olume 2” sorti​ peu après avec un line-up remanié.

C’était un album de rupture de contrat et c​e n’​était plus Mireille Dalbray mais Alice Prévost qui était notre chanteuse. Le rappeur Rick Ross a d’ailleurs été disque d’or avec une reprise du morceau “Oh Lord” de cet album.

Alain Mion
Cortex Troupeau Bleu
Cortex Troupeau Bleu

En 1979, entre deux commandes publicitaires, Mion et Gandolfi, alors sous influence Gap Band-Graham Central Station, ont conçu ces quelques prises demeurées jusque-là inédites et aptes à réjouir les nostalgiques d’un combo qui, parfois, n’a rien à envier aux Headhunters.

Puis a​vec Gandolfi, le batteur, on a s​orti​ l’album “Pourquoi ?”. C’était​ un projet qu’on a fait pratiquement nous­ mêmes, à deux, avant de monter notre studio d’enregistrement. Après, on a fait un disque où l’on faisait pratiquement tout nous mêmes. Nous ne l’avons placé nul part. “Inédit 79” n’a été réédité qu’en 2006 alors qu’on l’a fait dans les années 79-80.

Alain Mion

Après avoir dissous Cortex en 1982, le cousin éloigné d’Horace «Preacher» Silver et de Bobby «Messenger» Timmons, obtient un hit monumental avec son Pheno-men, devenu indicatif de nombreuses radios, avant de graver quelques excellents LP, dont Alain Mion In New York ou Some Soul Food.

Cortex Troupeau Bleu
Cortex Troupeau Bleu

L’album a été réédité plusieurs fois : en 1999, en 2008 (avec titres bonus), début 2013 (nouvelle édition vinyle fidèle à l’originale), puis fin 2013 est parue une édition vinyle « deluxe ».

« Troupeau Bleu » est une véritable mine d’or à samples, que bon nombre de rappeurs américains ont exploité de façon légale… ou pas. De Tyler, The Creator à Rick Ross en passant par Flying Lotus, voici 5 morceaux qui doivent (presque) tout à Cortex.

  • Rick Ross – Amsterdam (Prélude à Go Round) – Rick Ross réitérera l’expérience notamment pour Oyster Perpetual (Oh! Lord), en « clearant » une nouvelle fois la piste.
  • Tyler, The Creator feat. Casey Veggies — Odd Toddlers (Huit Octobre 1971) – À noter que Huit Octobre 1971 a également été repris par MF DOOM (One Beer) ou encore Wiz Khalifa (Visions), pour ne citer qu’eux.
  • Curren$y – Mary (Chanson d’Un Jour D’Hiver) – Lupe Fiasco (Mural) et Logic (Dead President III) ont aussi samplé ce titre.
  • XXXTentacion feat Enzo! — Lunacy (Mary et Jeff)
  • Captain Murphy – Mighty Morphin’ Foreskin (Sabbat, Pt. 3) – Sous ce nom obscure se cachent Madlib, Just Blaze, Earl Sweatshirt, et l’auteur de ce « Duality » Flying Lotus.

Sources : www.nova.fr – www.rockmadeinfrance.com – https://10point15.com – www.liberation.fr – https://jack.canalplus.com – www.discogs.com

###

CREDITS :

  • Alain Mion : piano, voix
  • Mireille Dalbray : voix et chant
  • Jean Grevet : basse
  • Alain Gandolfi : batterie, voix
  • Alain Labib : saxophone alto
  • Jean-Claude d’Agostini : guitare
  • Jo Pucheu : percussions
  • Arrangements : Alain Mion
  • Prise de son : Guy Boyer
  • Photographie – Patrice de Lagausie
  • Pochette, Design – Marc Postel

Laisser un commentaire