The Blues brothers

Enregistré en 1980 à l’Universal Recording (Chicago), aux studios Record Plant (Los Angeles, NYC) – Atlantic
La bande originale du film The Blues brothers est avant tout le symbole d’une croisade, celle menée par le duo comique révélé par l’émission télé Saturday Night live pour défendre la soul, la seule, la vraie, contre les outrages commis par la tragique déferlante disco.

Ce qui avait commencé comme une chouette idée de sketch, pour les frères Joliet Jake et Elwood Blues (John Belushi et Dan Aykroyd), se transforme rapidement en phénomène populaire.

Le public en redemande, un disque est publié et très vite, le film est mis en chantier avec John Landis à la réalisation.

Dans le scénario, les Blues Brothers – avec leur look cent mille fois copié depuis, sans jamais arriver au petit orteil de leur coolitude – sont de petits délinquants à la manque qui trouvent leur rédemption en organisant un concert destiné à réunir des fonds pour éviter la destruction d’une église, ou d’un orphelinat, mais ça n’a aucune importance.

Pour les accompagner sur scène, ils recrutent des musiciens de légende comme Steve Gropper et Donald «Duck» Dunn, deux ex-Booker T. & The M.G.’s qui, dans les années 1960, ont accompagné Otis Redding et joué sur des dizaines de classiques de la soul enregistrés dans les studios Stax.

The Blues brothers
The Blues brothers

Le scénario prévoit d’offrir à une hallucinante brochette de superstars de la musique black qui ont pour point commun d’être atrocement délaissées depuis que la disco fait rage, le temps d’interpréter une chanson.

Ce qui permet à Aretha Franklin (en patronne de dîner, en pantoufles et tablier) de nous offrir une sensationnelle version de Think, à James Brown (en révérend fou) d’interpréter le standard gospel The Old Landmark.

The Blues brothers
The Blues brothers

On peut y voir également Ray Charles, en duo avec Jake, chanter Shake A Tail Feather, sans oublier Minnie The Moocher par Cab Calloway ni bien sûr les titres des Blues Brothers themselves, comme ces reprises de Gimme Some Lovin’ ou Sweet Home Chicago.

Indispensable, en plus du disque de la BO, le film lui-même, l’occasion de revoir d’autres participants fameux de ce film historique, comme John Lee Hooker (qui chante un blues dans la rue), Frank Oz (du Muppets Show) en officier d’application des peines, Paul Reubens (futur Pee Wee Herman) en garçon de café ou encore Steven Spielberg en cuisinier…

The Blues brothers
The Blues brothers

###

CREDITS The Blues brothers : Bass – David Weston, Donald « Duck » Dunn – Drums – Arthur Dickson, Steve Jordan, Willie Hall – Engineer – Bob Tischler, Eddie Garcia, Jay Krugman, Jim Scheffler, Steve Marcantonio, Tom Miller – Guitar – Elliott Randall, Keiv Ginsberg, Matt Murphy, Steve Cropper – Horns – Lew Delgatto – Horns [Arrangement] – Tom Malone – Keyboards – Bill Payne, John Hason, John Springer, Larry Willis, Richard T. Bear, Terry Fryer – Piano – Murphy Dunne – Producer – Bob Tischler – Saxophone – Lou Marini, Tom Malone – Trumpet – Alan Rubin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.