Bande originale de un homme et une femme (F. Lai)

Enregistré en 1966 au Studio Davout (Paris) – Disc’Az – Bande originale de un homme et une femme
La Bande originale de un homme et une femme est encore une de ces histoires de hasards, de circonstances, de ratés… Francis Lai et Claude Lelouch ne se rencontrent pas directement, mais par l’intermédiaire du parolier Pierre Barouh. En ce début des années soixante, Barouh, également comédien à ses heures joue dans une production modeste réalisée par un jeune homme, fou de cinéma et de cadrages insolites.

« J’ai approché Claude par l’intermédiaire de Pierre qui tournait dans son film, Une fille et des fusils (1964). J’étais sur le plateau et tout d’un coup j’ai vu un homme allongé par terre sortir de sous une table avec une caméra en criant, »c’est génial ! C’était Lelouch. Le lieu étant peu approprié pour faire vraiment connaissance, ils conviennent de se revoir pour écouter les compositions du jeune homme. « J’étais curieux de revoir Francis parce que Barouh en qui j’avais très confiance avait l’air extrêmement sûr de lui, « Il faut que tu le rencontres, vous êtes faits l’un pour l’autre ».

« Sa musique et tes images, c’est obligé que ça aille ensemble ». Je ne pensais pas qu’il aurait à ce point là raison… » Lai et Barouh font écouter à Lelouch différentes mélodies et chansons qu’ils avaient écrites, dont un titre intitulé L’Amour est bien plus fort que nous.

Le cinéaste demande au duo de la lui réserver, « c’est pour une histoire d’amour avec laquelle cette chanson ira parfaitement leur dit-il » et il propose d’emblée à Francis de composer toute la musique du futur film…

« J’habitais dans un minuscule studio boulevard de Clichy se souvient Francis Lai. Claude est venu me voir pour me raconter le film, les personnages et pendant deux semaines j’ai composé une foule de thèmes qu’il est venu écouter plus tard. Je lui en ai joué une quinzaine et à chaque fois il me disait qu’il les aimait mais il n’avait pas le déclic…

Alors qu’il était déjà sur le pas de la porte, je lui dis qu’il m’en restait un dernier à lui présenter. Je n’avais osé lui jouer avant parce que je ne le trouvais pas terrible, pas assez travaillé » Francis lui joue son petit thème « pas terrible » à l’accordéon,.. Lelouch fronce les sourcils et lui demande de le rejouer.

Bande originale de un homme et une femme (F. Lai) »

A la deuxième écoute, le cinéaste fixe le musicien et lui dit, « c’est ça le thème du film ! Il y avait quatre notes se rappelle Lelouch et je lui ai dit immédiatement, c’est ça qu’il me faut pour le film que j’ai dans la tête. Ce soir-là, à deux heures du matin alors que j’allais partir, l’irrationnel l’a emporté sur l’intelligence. Il a continué toute la nuit à me jouer ce thème dont je ne me lassais pas et je savais que ces quelques notes deviendraient le symbole du film.»

Comme Lelouch souhaitait disposer de la musique pour le tournage, il fallait réagir et former un petit groupe. Nicole Croisille que Pierre et Francis connaissaient, puisqu’ils étaient fondus de jazz, et le pianiste Maurice Vander rejoignent ainsi la bande. La date de l’enregistrement de la musique approche mais une fois encore, un coup de pouce du destin se produit.

Si le thème d’Un homme et une femme fut unanimement apprécié pour sa simplicité, sa sobriété et son instrumentation réduite, ça n’était pas prévu comme cela au départ :

« Lors de l’enregistrement définitif raconte Lai, nous devions enregistrer le thème avec un grand orchestre et ce jour là, le copiste n’avait pas terminé les scores. Nous nous retrouvons en studio avec soixante musiciens sans les partitions à jouer. Lelouch entre dans une colère noire et il congédie tout l’orchestre. Il ne restait plus que Vander au piano, le bassiste, le batteur, moi et mon accordéon, Pierre et Nicole pour le chant.

Au lieu d’un thème à l’accordéon noyé dans les violons d’un grand orchestre, Lelouch se retrouve avec quelques musiciens et deux chanteurs pour enregistrer le motif musical principal de son film. N’ayant plus d’orchestre se souvient Francis Lai, nous avons du enregistrer le thème simplement comme nous l’avions écrit mais je me souviens très bien que pendant ce temps, Lelouch tournait en rond, les yeux fermés en écoutant la musique et en imaginant déjà ses images et ses fameux mouvements de caméra circulaires, Je crois que ce jour, en studio, il était déjà sur la plage de Deauville avec ses acteurs… »

Bande originale de un homme et une femme
Bande originale de un homme et une femme

De cette séance est née la version de base du thème de la bande originale de un homme et une femme, rebaptisé par le public, Cha ba da ba da. « Nous n’avons d’ailleurs jamais compris d’où est venu le Cha ba da. En réalité, Barouh avait écrit Da bada. C’était juste pour la rime: Comme nos voix…ba da ba da, chantent tout bas…badabada… Ne cherchons pas, dans ces cas-là, c’est le public qui a raison. »

Avant que le public ne leur réserve un triomphe inattendu, les difficultés n’étaient pas terminées pour autant puisqu’à l’instar de Michel Legrand pour la musique des Parapluies de Cherbourg, Francis Lai ne parvenait pas à trouver d’éditeur qui accepte de prendre le coût de la musique en charge. Francis ne peut encore aujourd’hui se retenir de rire en racontant: « Nous avons présentés le thème du film au responsable d’une grande compagnie de disques qui nous a répondu, c’est pas mal, mais c’est pas très commercial et c’est pas dansant !

On s’est retrouvé avec notre bande sur les bras à devoir monter notre propre société d’éditions puisque personne n’en voulait. Quand le film est sélectionné à Cannes, tout le monde la réclamait mais…trop tard !

Le succès de la musique atteint des records, personne ne peut dire exactement combien de disques ont été vendus, on estime seulement que la chanson a été enregistrée dans plus de 300 versions.

Pour Francis Lai, « C’est fou car si le copiste avait fait son boulot à temps, nous n’aurions peut-être jamais pensé à enregistrer la version basique du thème sans l’orchestre.

###

CRÉDITS : Design [Maquette] – Ferracci* – Engineer [Prise De Son] – Yves Chamberlan* – Lyrics By – Pierre Barouh (tracks: A2 to A4, B2, B3) – Music By – Baden Powell (tracks: A2), Vinicius De Moraes (A2) – Orchestrated By – Ivan Julien*, Maurice Vander – Vocals – Nicole Croisille (tracks: A3, A4, B3), Pierre Barouh (A2, A4, B2, B3)

Lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.