Posted in ALBUM

Sticky Fingers (The Rolling Stones), l’album des deux Mick

À bien des égards, Sticky Fingers marque un nouveau départ pour le groupe : c’est le premier album à paraître sur son propre label, Rolling Stones Records, et le premier enregistré avec Mick Taylor qui vient de rejoindre le groupe. Outre son jeu de guitare, il est l’artisan avec Jagger de nombreuses chansons. C’est un peu « l’album des deux Mick ».

Posted in ALBUM

White album (The Beatles), fourre-tout grandiose aux antipodes du psychédélisme ambiant

Le 22 novembre 1968, les quatre fabuleux publiaient un neuvième album double et blanc, fourre-tout grandiose enregistré dans une période de tumultes. A cette époque, les quatre font leur révolution. Pas celle des étudiants descendus dans les rues pour signifier leur ras-le-bol de ce qu’incarne les adultes. C’est avec eux-mêmes que les Beatles en décousent.

Posted in ALBUM

La B.O. de Roy Budd Get Carter, objet de culte certifié

Get Carter (La loi du Milieu) est un de ces films dits cultes qui semblent être avant tout parlants pour une génération donnée dans un pays donné : un film respirant l’Angleterre à chaque moment, une « anglicité » – ici populaire et sordide – inimitable. Passé un peu inaperçu à sa sortie en 1971, Get Carter est devenu trésor national britannique au milieu des années 90. La bande sonore tout aussi culte signée Roy Budd met en avant les bruits d’ambiance et la présence éparse de thèmes lancinant et minimalistes.

Posted in ALBUM

Led Zeppelin IV, riffs chromés, batteries nucléaires et hurlements de prima donna

C’est à l’automne 1971 que la nouvelle déclenche une énorme joie dans les bureaux des disques Atlantic : le quatrième album de Led Zeppelin, groupe mammouth, sortira bien avant Noël, en dépit d’un mixage long et périlleux. Mais, douche froide, lors d’une conférence de presse, l’immense Peter Grant, gargantuesque manager, lâche sa bombe : ses poulains exigent — fait sans précédent — une pochette sans nom, sans titre, sans numéro de catalogue, ni référence.

Posted in ARTISTE

The Pretty Things, un rayonnement souterrain mais essentiel

La plupart du temps, lorsqu’on évoque les groupes anglais des années 60, on commence par les mods : Kinks, Who, Small Faces… Les Beatles sont définitivement inclassables et pour les rockers, on se limite généralement aux Rolling Stones. C’est négliger l’importance de the Pretty Things, groupe méconnu, mais qui a ouvert quelques brèches avant tout le monde.

Posted in ALBUM

Bande originale de Vertigo (Bernard Herrmann), véritable osmose musicalo-scénaristique

En 1958, cela fait déjà plusieurs années que Bernard Herrmann travaille aux côtés d’Alfred Hitchcock et, s’il a déjà été amené à composer plusieurs bandes sonores pour le « maître du suspense », ce n’est qu’avec la bande originale de Vertigo (Sueurs froides) que les deux hommes vont atteindre une véritable osmose musicalo-scénaristique.

Posted in ALBUM

Handsworth Revolution (Steel Pulse), Reggae fusion made in Birmingham

En 1977, c’est depuis Birmingham, la capitale des Midlands, que vient la meilleure réponse de la communauté jamaïquaine aux punks londoniens. Son nom : Steel Pulse, une pulsation d’acier mise au service des riddims les mieux aiguisés. Même rage au ventre, même envie d’en découdre avec le National Front, ces enfants d’immigrés inventent une autre façon de jammer, plus rauque, plus fonk, pas moins reggae.

Posted in ALBUM

Dummy (Portishead), ou la naissance du trip hop

Août 1994. La première fois que l’on entend la voix de Beth Gibbons. Dummy. On pressent, avec la pochette, que le cœur est écorché. À l’écoute il s’épanche, en poésie, en intimité dépouillée. Cette année-là, Portishead était né, Bristol devint Bristol, l’endroit du monde à jamais marqué par le courant trip hop.

Posted in ALBUM

Dusty in memphis (D. Springfield), rencontre d’une diva blanche avec la musique noire américaine

En 1968, l’avenir semble scellé. La pop est out et le rock psyché in. Les interprètes de sexe féminin ont du mal à trouver des chansons à succès. Dusty Springfield ne fait pas exception. Ses derniers tubes, que ce soit d’un côté de l’Atlantique comme de l’autre, remontent à l’été 1966. Ahmet Ertegun, directeur visionnaire d’Atlantic Records, n’a pas d’idée précise sur ce qui deviendra Dusty in memphis mais comprend qu’elle est une interprète aussi douée qu’Aretha Franklin.

Posted in ALBUM

Five Leaves Left (Nick Drake), folk progressif aux atmosphères sombres et mystérieuses

Malgré sa réticence pathologique à se produire en public, c’est durant l’une de ses prestations à Cambridge que Nick Drake est repéré par un membre des Fairport Convention : Ashley Hutchings qui le dirige logiquement vers son producteur Joe Boyd. Référent de la scène folk-rock britannique à l’époque, Joe Boyd produit alors Fairport Convention mais aussi l’Incredible String Band.

Posted in ARTISTE

Steel Pulse, histoire d’ados du ghetto d’Handsworth Birmingham

Formé en 1975 par des adolescents du ghetto d’Handsworth à Birmingham, Steel Pulse fut très largement inspiré à l’époque par Bob Marley & the Wailers. Composé au départ de David Hinds, au chant, à la guitare et à la composition, Basil Gabbidon à la guitare et dans les chœurs, et Ronnie McQueen à la basse. Ils furent rejoints par le batteur Steve Nisbett, par le clavier Selwyn Brown, le percussionniste Alphonso « Fonso » Martin, et le chanteur (chœur) Michael Riley.

Posted in ALBUM

Electric Ladyland (The Jimi Hendrix Experience), ou la croisière d’un Capitaine Nemo psychédélique

Au cours de l’année 1967, l’Experience mené par Hendrix a donné pas moins de 255 concerts en Europe et aux Etats-Unis et enregistré deux albums. Are You Experienced et Axis: Bold As Love. Or, 1968 s’annonce sous les mêmes auspices. Pour tenir le coup, le groupe a recours à une multitude de drogues. Au point que le batteur Mitch Mitchell se promène en permanence avec une mallette

Posted in ARTISTE

Marc Bolan & T. Rex, trublion Glam Rock

De son vrai non Mark Feld, Marc Bolan est né en 1947 dans la banlieue de Londres. Il quitte l’école à l’age de 14 ans exerce divers métiers traîne dans le quartier de Soho. A 15 ans il devient Mod comme David Bowie ou Rod Stewart. Il pose pour des magazines de mode, adore les disques Motown, les Miracles, les Marvelettes, il lit beaucoup de science fiction et de poésie William Blake, Ray Bradbury et surtout Tolkien l’auteur du Seigneur des Anneaux, inspirateur du futur Tyrannosaurus Rex.

Posted in ALBUM

Scott 4 (Scott Walker), la pièce maitresse du crooner pop

Si l’album de Scott Walker Scott 4 a provoqué des réactions diverses à sa sortie et a été retiré des bacs quelques semaines après, il a depuis été réévalué par la critique grâce à son influence sur David Bowie, Nick Cave, Mark Almond et Neil Hannon de Devine Comedy. Il est aujourd’hui légitimement réédité. Sa richesse sonore et son envergure extraordinaire ont de quoi ébahir les générations à venir.

Posted in ARTISTE

Scott Walker, un cas limite de la pop

Crooner à l’américaine, interprète exalté de Jacques Brel, précurseur de la cold-wave et scénographe d’univers sonores littéraires et névrosés, Scott Walker est un cas limite de la pop. Son influence – un secret de moins en moins bien gardé – est majeure, de David Bowie à Nine Inch Nails, en passant par Nick Cave.

Posted in ALBUM

Mali Music (Damon Albarn), carnets de voyage musical non identifié

Touche-à-tout génial de la musique pop britannique avec ses groupes Blur et Gorillaz, Damon Albarn est saisi par la grâce en visitant le Mali en 2000. Il fonde le collectif Africa Express, rencontre de musiciens de trois continents mettant les artistes maliens à l’honneur. Fasciné par ce premier voyage, bercé par ses rencontres musicales, il va composer une musique onirique à souhait. Le projet aurait pu donner un ovni commercial insipide, mais c’est un carnet de voyage musical surprenant.

Posted in ARTISTE

Nick Drake, artiste maudit, héro romantique à la gloire posthume

Artiste maudit, héro romantique à la gloire posthume, Nick Drake suscite volontiers la fascination pour des critères extra-musicaux qu’il partage notamment avec Syd Barrett, à savoir la souffrance psychique et le mystère entourant le personnage. La douleur morale irradie l’intégralité de sa musique et participe évidemment à son extraordinaire et sombre beauté.

Posted in GENRE

Glam rock, maquillage, paillettes, veste lamé argenté et bubblegum

Synonyme de glitter (littéralement éclat, scintillement), le glam rock (abréviation de glamourous, qui signifie prestigieux, éblouissant) est un mouvement qui, entre 1972 et 1974, avec des groupes et chanteurs aussi divers qu’Alice Cooper, T. Rex, Roxy Music et David Bowie, a entraîné le retour d’un rock’n’ roll plus éphémère et excitant, plébiscité par les très jeunes, où la recherche d’une image excessive et provocante était essentielle. Son influence sur le punk-rock fut primordiale.

Posted in ALBUM

Pink Moon (Nick Drake), l’album dépouillé qui tire le rideau

Nick Drake vit désormais à Londres. Après Five Leaves left, en 1969, il a quitté Cambridge et la fac. L’inspiration citadine qui irrigue Bryter Layter est à double effet : énergie neuve, autre mélancolie.nick drake pink moonLa chambre nue du quartier de Hampstead, lit simple, un poêle et quelques disques et livres, est le refuge où le musicien se retranche peu à peu.

Posted in LABEL

Island records, symbole de l’explosion reggae worldwide

Figure indissociable du label, Chris Blackwell grandit à la Jamaïque mais fait ses études en Angleterre. De retour dans son île natale, il fonde Island Records en 1959 avec une mise de fonds de 1000 livres sterling. A ses début, Island Records axe ses efforts de production sur les racines de la musique jamaïcaine que sont le ska, le rocksteady et le reggae.