Posted in ALBUM

Bande originale de Taxi driver (Bernard Herrmann), dernière œuvre du maitre

« La bande-son de ma vie était déterminée par mon environnement, c’était une cacophonie », se souvient Martin Scorsese dans Scorsese, l’émotion par la musique, le documentaire de Clara et Robert Kuperberg. Dans les films du cinéaste, cette cacophonie s’exprime au travers de bandes originales divisées en deux catégories : d’un côté, les morceaux rock qui ont imprégné sa jeunesse, notamment ceux des Rolling Stones, qui ont illustré pas moins de cinq de ses longs-métrages ; de l’autre, les scores instrumentaux (Bernard Herrmann pour la musique Taxi Driver et Peter Gabriel pour La Dernière Tentation du Christ).

Posted in ALBUM

B.O. d’Alain Goraguer la Planète Sauvage, référence absolue de pop psyché avant-gardistes

Manifeste SF à mi-chemin entre les résidus de la culture hippie et le surréalisme visuel de Terry Gilliam, la fable politico-humaniste de René Laloux, du point de vue de l’animation, a subi les outrages du temps. En revanche, la bande-son d’Alain Goraguer la Planète sauvage fait toujours l’objet d’un culte vivace pour toute une génération de défricheurs sonores.

Posted in ALBUM

Il était une fois dans l’Ouest (Ennio Morricone), hommage vibrant à l’Ouest américain sauvage idéalisé

Pour son quatrième western spaghetti, Leone s’est de nouveau adjoint les services d’Ennio Morricone qui livre sans aucun doute l’une de ses plus belles partitions pour un western italien, un genre dans lequel le compositeur a bâtit toute sa réputation tout au long des années 60/70. Dans C’era una volta il West, Morricone rend un poignant hommage à l’Ouest américain sublimé à travers la caméra de Sergio Leone, musique et image ne faisant qu’un dans une symbiose parfaite.

Posted in ALBUM

Rosemary’s baby (Krzysztof Komeda), pinacle de la collaboration Polanski Komeda

Tout le monde connaît Krzysztof Komeda…sans le savoir. Oui, tout le monde a vu Rosemary’s baby, ou presque. Mais peux connaissent l’auteur de l’intrigante musique du film de Polanski, la berceuse du générique susurrée par une sensuelle voix féminine, n’était autre que le taciturne et charismatique Komeda, Polonais d’origine, venu à Hollywood à la demande de son grand ami et déjà star Roman Polanski.

Posted in ALBUM

B.O. de Il était une fois en Amérique, un des scores les plus ambitieux d’Ennio Morricone

Au sommet de son art symphonique, Ennio Morricone compose la BO la plus mélancolique de l’histoire du cinéma, sublime de lyrisme et d’émotion retenue, et offre à la rêverie de Leone sur le temps perdu (Once upon a Time in America), l’amour impossible (Deborah’s Theme) et la trahison une atmosphère musicale et une poignée de thèmes magnifiques, tous écrits douze ans avant le premier jour de tournage !

Posted in ARTISTE

Ennio Morricone, créateur de formes et passeur d’atmosphères

Ennio Morricone n’est pas seulement le plus célèbre et adulé compositeur de musiques de films. Son importance dans le paysage cinématographique et musical mondial (sa carrière américaine est loin d’être négligeable) ne se limite pas non plus à son immense contribution, qualitative et quantitative, dans le domaine de la bande originale. Ennio Morricone symbolise à lui seul la vitalité passionnante du cinéma italien des années 1960-1970, véritable passeur entre le divertissement et la poésie, le commerce et la politique, l’industrie et l’art.

Posted in ALBUM

Bande originale The Blues brothers, croisade soul contre déferlante disco

La bande originale du film The Blues brothers est avant tout le symbole d’une croisade, celle menée par le duo comique révélé par l’émission télé Saturday Night live pour défendre la soul, la seule, la vraie, contre les outrages commis par la tragique déferlante disco.Ce qui avait commencé comme une chouette idée de sketch, pour les frères Joliet Jake et Elwood Blues (John Belushi et Dan Aykroyd), se transforme rapidement en phénomène populaire.

Posted in ALBUM

Bande originale de Paris Texas (Ry Cooder), pouvoir évocateur d’une musique voyageuse

La caméra survole les plaines arides du désert texan. Au détour d’une montagne, une silhouette progresse lentement dans l’étendue rocailleuse. Un aigle se pose sur une crête et devient l’observateur solitaire de la scène. Zoom sur la silhouette. Un homme mince et hirsute d’une quarantaine d’années contemple son environnement d’un air hébété.

Posted in ALBUM

Pump Up The Volume, bande originale culte de rock indé débraillé 90s

Pump Up The Volume a été très bien accueilli par la critique et a permis d’imposer Christian Slater comme l’un des acteurs les plus prometteurs de sa génération. Mais surtout, la B.O. du film a permis à des tas d’adolescents à travers le monde de découvrir des artistes qui allaient devenir des références majeures dans les années à venir.

Posted in ALBUM

La B.O. de Roy Budd Get Carter, objet de culte certifié

Longtemps indisponible — une rare édition japonaise du 33 tours sorti sur le label Odeon en 1971 —, la bande originale de Get Carter est devenue, au fil du temps, aussi populaire que son support filmé.On oubliera le remake navrant de Stephen T. Kay où Sylvester Stallone patauge dans le rôle créé par Michael Caine pour redécouvrir l’œuvre originale, un parangon du film noir à l’anglaise.

Posted in ALBUM

B.O. de « l’affaire Thomas Crown » (Michel Legrand), presque un film musical

« J’arrivais en Amérique dans le but de vivre de nouvelles aventures après dix ans de cinéma français avec la Nouvelle vague ». Quatorze ans après ses débuts de compositeur pour l’image avec les Amants du Tage (1954) d’Henri Verneuil, Michel Legrand, encore auréolé du formidable succès des Parapluies de Cherbourg et des Demoiselles de Rochefort, se donne le challenge de l’Amérique.

Posted in ALBUM

Bande originale de West Side Story, l’œuvre lyrique magistrale de Leonard Bernstein

L’idée de départ de West Side Story revient au chorégraphe Jerome Robbins qui souhaite faire une adaptation contemporaine de Roméo et Juliette dans les quartiers du Lower East Side de New York intitulé « East Side Story ». L’action se tiendrait au moment de la Pâque juive et catholique : les Montaigus seraient les catholiques, les Capulets, les juifs. » Mais le projet en reste là, Bernstein, Laurents et Robbins étant pris ailleurs.

Posted in ALBUM

Bande originale de Saturday Night Fever (Bee Gees), disco quintessence

En 1975, les Bee Gees sont en passe de devenir des has-been. Dix ans après un départ fulgurant semé de balles comme I Started A Joke, Love Somebody ou Massachussets, le groupe a épuisé toutes ses cartouches dans un chef-d’œuvre méconnu (« Odessa ») pour se retrouver à la traîne des modes, entre soul délavée et pop essorée (« Trafalgar »). Seulement, les Australo-britanniques sont du genre persévérants.