Nirvana In Utero, dernier opus et contre-pied de Nevermind

Suite au raz de marée Nevermind, la bande à Kurt Cobain décide de s’accompagner de Steve Albini (notamment connu pour son travail avec les Pixies) pour produire In Utero. Le groupe veut se débarrasser de l’étiquette pop qu'on vient de lui coller, réaffirmer son image punk/indie. L’ambiance de l'album est donc volontairement plus sombre. Les instrumentations lourdes. La qualité des morceaux de "Heart Shaped Box" et "Rape Me" au magnifique "Dumb" en passant par le déchirant "All Apologies", comptent parmi ses meilleurs.

  • Post category:ALBUM
  • Temps de lecture :8 min de lecture

Prince One Nite Alone… The Aftershow: It Ain’t Over

A l’aube du nouveau millénaire, Prince revient au sommet de son art en publiant deux albums studio, The Rainbow Children et One Nite Alone, suivi d’un duo d’albums live (les premiers de sa carrière). S'élabore une formule scénique fusionnant jazz et soul, avec cuivres, Fender Rhodes et contrebasse électrique, en écho aux sonorités très organiques de l'album. La tournée One Nite Alone… qui sillonne, en 2002, les Etats-Unis puis l'Europe est considérée comme l'une de ses toutes meilleures.

  • Post category:ALBUM
  • Temps de lecture :13 min de lecture

Kaya (Bob Marley & the Wailers), hymne à l’omniprésent spliff de ganja

Après Rastaman Vibration en 1976, Exodus en 1977, le Jamaïcain sort en mars 1978 ce Kaya, dont les titres sont issus des mêmes sessions qu’Exodus, effectuées lors des premiers mois de son exil londonien début 77. Considéré comme son disque le plus léger, sans doute à cause de son thème, Kaya (marijuana en argot jamaïcain). Le disque débute d’ailleurs par le “Excuse me while I light my spliff ” d’Easy Skanking, comme si Marley assumait le côté B-side de ces chansons.

  • Post category:ALBUM
  • Temps de lecture :9 min de lecture

Donald Byrd Black Byrd, trompette spectrale pour dancefloors

Honni par les puristes, l’album Black Byrd marque un tournant dans la carrière du trompettiste Donald Byrd. Pilier du mouvement hard-bop dans les années soixante avec Horace Silver et Art Blakey, Donald Byrd redonne, avec cet album sorti 1973, une forme de légèreté au jazz grâce à l’entremise des frères Mizell, avec qui il a usé ses fonds de pattes d’éléphant sur les bancs de l’Université Howard à Washington, où Donny Hathaway et Roberta Flack firent aussi leurs classes.

  • Post category:ALBUM
  • Temps de lecture :9 min de lecture

Prince Piano and a Microphone 1983, répétition privée brut et intimiste

Deux ans après sa mort prématurée en 2016, la caverne d’Ali Baba de Paisley Park offre un premier trésor : Prince Piano and a Microphone 1983. Enregistré à la veille du succès de Purple Rain, cette répétition privée fournit un aperçu rare et intimiste du processus créatif du prodige de Minneapolis.

  • Post category:ALBUM
  • Temps de lecture :5 min de lecture

Caça a Raposa, atmosphères en clair-obscur typique du poète sonore Joao Bosco

Joao Bosco est un des musiciens les plus imaginatifs et éclectiques de la MPB. Tirant de sa guitare des sambas endiablées ou des motifs complexes de flamenco, son répertoire va de la samba au merengue, en passant par le be-bop, Jackson do Pandeiro, des standards de jazz comme Round midnight, ou Ary Barroso… Sur Caça a Raposa sorti en 1975, ce troubadour post-moderne alterne le sublime et l’ironique dans des chansons gracieuses et pleines de modulations.

  • Post category:ALBUM
  • Temps de lecture :10 min de lecture

Keep On Steppin, pur ghetto funk du Fatback Band

Formation phare de New York dans la mouvance « Street Funk » et précurseurs du rap/hip-hop à la fin des 70's avec le titre « King Tim III », The Fatback Band représente la quintessence de la musique afro américaine de la première partie des 70’s. Après deux premiers albums pour le compte du label new yorkais Perception Records, Keep On Steppin, sorti en 1974, enfonce le clou avec un funk brut sur des titres tels Wicky Wacky et sa ligne de basse hypnotique.

  • Post category:ALBUM
  • Temps de lecture :7 min de lecture

Headless Heroes of the Apocalypse, brûlot soul d’Eugene McDaniels

Quand sort l'album Headless Heroes Of The Apocalypse en 1971, Eugene McDaniels est un homme dont les plus grandes heures de gloire sont derrière lui. Un temps oublié, ce brûlot de soul engagée sera, une fois de plus, exhumé grâce à quelques grands noms du rap des 90's pour devenir un objet culte avec des titres comme Headless Heroes, Supermarket Blues ou Jagger the Dagger. La légende veut même que l’administration de Nixon ait appelé Atlantic Records pour se plaindre des paroles incendiaires de l'album.

  • Post category:ALBUM
  • Temps de lecture :8 min de lecture

José González Veneer, retour d’un folk intemporel

Veneer, premier LP de l'auteur-compositeur suédois José González, est l’œuvre d'un artisan sonore méticuleux au talent singulier. Enregistré avec l'équipement le plus basique dans un appartement exigu de Göteborg, le disque ne présente qu'une seule voix feutrée et le jeu adroit des cordes en nylon d'une guitare acoustique. Difficile de croire que l'album est pu finir disque de platine et laissé une marque indélébile par son éclat discret et expressif.

  • Post category:ALBUM
  • Temps de lecture :8 min de lecture

Brigitte Fontaine est folle ?, 1er LP hors mode et hors norme

En 1968, la comète du label Saravah prend l’esprit et la forme d’une astronaute qui ira loin: Brigitte Fontaine. Qui est-t-elle ? Une folle égarée ? Ou une folle bien lucide et tout à fait géniale qui vole à Gainsbourg son arrangeur fétiche (Jean-Claude Vannier) et à la langue française les mots qu’elle arrange en chansons au vitriol ( “Je suis in-adaptée”, “Il se passe des choses”, “Éternelle”…). Avec ce premier opus, "Brigitte Fontaine est folle ?", Fontaine s'inscrit d'emblée comme une artiste indépendante, hors mode et hors norme.

  • Post category:ALBUM
  • Temps de lecture :5 min de lecture

Meshell Ndegeocello“Cookie : The Anthropological Mixtape”, disque-manifeste en forme de collage polystyle

Emblématique bassiste-auteure-compositrice et mère de la nu-soul, l'Afro-Américaine Meshell Ndegeocello est une tête chercheuse. Après trois albums où sa créativité fait mouche dans divers courants funk, rap, soul, jazz reliés par son fluide groove, la native de Berlin élevée à Washington s'émancipe encore avec Cookie : The Anthropological Mixtape sorti en 2002, un disque-manifeste en forme de collage polystyle.

  • Post category:ALBUM
  • Temps de lecture :10 min de lecture

This is Marijata, diamant brut d’afro funk !

Voix possédée, rythmique au taquet, claviers en feu, incursions de cuivres millimétrées… Non, vous n'êtes pas en train d'écouter un album inédit des J.B.'s. Les Ghanéens de Marijata n'avaient toutefois pas grand-chose à leur envier. Leur premier album, sorti en 1976, est un monument africain magistral, dont les fiévreux « Break Through » ou « No Condition Is Permanent ».

  • Post category:ALBUM
  • Temps de lecture :5 min de lecture

Simba (O’Donel Levy), LP envoûtant de soul jazz

Quatrième album du guitariste O’Donel Levy pour le label Groove Merchant, « Simba » réuni la crème des musiciens de studios des 70's : le légendaire batteur de studio Steve Gadd, Cecil Bridgewater au Flugelhorn, la basse de Tony Levin et les arrangements de Manny Albam. Sorti en 1973, Simba est un album brûlant de soul-jazz funky.

  • Post category:ALBUM
  • Temps de lecture :6 min de lecture

A Voz O Violão, A Música De Djavan, premier opus du nordestin

Comptant parmi les musiciens les plus populaires de la MPB durant les années 80, Djavan est à l’image de sa société : cosmopolite, en constante évolution. Son 1er LP A Voz O Violao sorti en 1976, imprégné par les traditions de son Nordeste natal, est un album de samba syncopé, différent de tout ce qui se fait à l’époque. Cet album marque les débuts de Djavan et fait du Nordestin un personnage incontournable de la MPB.

  • Post category:ALBUM
  • Temps de lecture :7 min de lecture

A new perspective (Donald Byrd), pièce atypique entre jazz et gospel

Pilier du mouvement hard-bop avec Horace Silver et Art Blakey, Donald Byrd a toujours expérimenté de nouvelles manières de voir le jazz. Ainsi, en 1963, il enregistre pour Blue note records une pièce atypique, A New Perspective, mélange de jazz et gospel à la limite de la musique de film, intégrant des voix et des instrumentations plus complexes. Le fameux “Cristo Redendor” marque cette envie d’aller vers de nouveaux horizons.

  • Post category:ALBUM
  • Temps de lecture :7 min de lecture