Posted in GENRE

L’Afrobeat, savante fusion highlife, funk et soul américaine

Il est peu de mouvements, dans l’histoire des musiques urbaines, qui aient été autant attachés à une seule figure fondatrice. Fela Kuti, né en 1938 au Nigeria, appartient à cette classe rare d’artistes dont l’influence, avec l’afrobeat, reste prégnante bien après leur mort.

Posted in ALBUM

Killing Me Softly (Roberta Flack), l’aboutissement d’une longue histoire mêlée de légende urbaine

Succès retentissant de l’année 1973, Roberta Flack Killing me Softly With His Song est l’aboutissement d’une longue histoire se mêlant à une légende urbaine. La première interprète de cette chanson, la chanteuse Lori Lieberman, a toujours prétendu s’être inspirée du titre Empty Chairs de Don McLean, entendu lors d’un concert au club Troubadour de Los Angeles. Roberta Flack aurait ensuite demandé au parolier Norman Gimbel de lui confectionner des paroles qui évoqueraient cette prestation qui l’avait beaucoup marquée. L’anecdote est jolie mais la réalité est moins glamour.

Posted in ALBUM

Hot Rats (Frank Zappa), assaut instrumental débarrassé de toute scorie potache

Si Miles Davis est l’instigateur du jazz fusion, Frank Zappa est son pendant rock. Le guitariste n’a jamais caché son ambition de créer une musique originale, mêlant les genres.Une étape dans ce sens est atteinte par l’artiste avec la parution du double album de The Mothers Of Invention, Uncle Meat, plongée profonde dans ses influences jazz et classiques. À partir de cet album, Zappa ne se contente plus de citer des passages d’œuvres qui l’ont marqué, il trouve sa propre voie et développe une technique de composition personnelle qui aboutit à Frank Zappa Hot Rats.

Posted in ALBUM

La B.O. de Roy Budd Get Carter, objet de culte certifié

Longtemps indisponible — une rare édition japonaise du 33 tours sorti sur le label Odeon en 1971 —, la bande originale de Get Carter est devenue, au fil du temps, aussi populaire que son support filmé.On oubliera le remake navrant de Stephen T. Kay où Sylvester Stallone patauge dans le rôle créé par Michael Caine pour redécouvrir l’œuvre originale, un parangon du film noir à l’anglaise.

Posted in ALBUM

Conflict (Ebo Taylor), symbole de la musique moderne ghanéenne

Guitariste, producteur, arrangeur, compositeur et interprète, Ebo Taylor est l’une des figures légendaires de la musique moderne ghanéenne depuis les débuts de sa carrière à la fin des années cinquante jusqu’à la sortie de son album Appia Kwa Bridge en 2012.Tout au long de sa carrière, parallèlement à ses recherches dans le domaine du jazz, du funk et de l’afrobeat, Ebo Taylor exprime sa passion pour le high-life classique, opérant une fusion avec des influences plus typiques et ancrées dans le terroir. Il recherche des rythmes originaux dont il s’inspire dans son œuvre, comme Vasafo de la région de Cape Coast.

Posted in ALBUM

Lou Bond (Lou Bond), premier et unique LP du soulman

Après avoir sorti des limbes l’inoubliable Rodriguez, les limiers du label Light in the Attic mettaient la main sur un autre trésor, l’unique album de ce Lou Bond inconnu au bataillon, et dont la découverte fut presque autant violente.Originaire de Memphis, Ronald Edward Lewis tenta d’abord sa chance vers le nord, mettant le cap sur Chicago tandis qu’il adoptait le sobriquet Lou Bond.

Posted in 10VERS

Swinging London, Londres et ses années folles de 1965 – 1968

«Tu rentrais dans un bar et tu tombais sur Brian Jones, Hendrix, deux Beatles, tous assis en rond. Nous étions le centre de l’univers et ça a duré trois ans comme ça », se souvenait Lemmy Kilmister en 2010. Le bassiste de Motorhead a beau abuser de toutes les substances interdites depuis plus de quarante ans, sur ce coup-là, faut le croire !

Posted in ARTISTE

Carlos Santana, guitariste aux riffs extatiques et pionnier du Latino-Rock

Carlos Santana, guitariste au jeu immédiatement identifiable, bouillonnant et lyrique, est l’un des rares musiciens non occidentaux à avoir su se frayer un chemin dans la jungle impitoyable du show-business international. Ses origines latines, la salsa et tous les tropicalismes nourrissant en permanence son inspiration, son goût avéré pour une certaine forme de jazz aventureux (d’inspiration coltranienne), auront incité plusieurs générations de jeunes fans à s’intéresser eux aussi à ces expressions de la marge.

Posted in ALBUM

Exile on main street (The Rolling Stones), une jungle marécageuse de riffs

Habitées par le blues et la soul, les chansons de ce double album célèbrent avec une ferveur lascive les joies de l’âme.Si Sticky Fingers était l’album à la braguette magique, les Stones d’Exile on Main Street semblent en pleine panne des sens – la langue, ils la tirent encore, mais d’épuisement. Le refrain de la chanson d’ouverture, Rocks Off, donne d’ailleurs la clé de ce qui, en mai 1972, sonne comme un album de reprises mal fagotées : “Je n’arrive plus à jouir que lorsque je rêve”, se lamente Jagger.Exile on Main Street offre effectivement une recension des pollutions nocturnes et rêves humides des Stones provoqués par les musiques afro-américaines.

Posted in PRODUCTEUR

Une brève histoire des producteurs, arrangeurs…

De façon générale, la parole de ceux qui tripatouillent d’obscurs boutons derrière leur console de mixage vaut de l’or, car elle nous enseigne la face cachée d’une histoire trop souvent dévolue aux seuls artistes. Les producteurs, eux, savent tous les efforts qui ont été consentis avant d’accoucher d’une chanson, ils connaissent les difficultés des groupes en studio, ils n’ignorent pas combien le processus de création peut se révéler ardu et complexe.

Posted in ALBUM

Pieces Of A Man (Gil Scott Heron), critique du consumérisme de l’Amérique moyenne

Après un premier vinyle publié en 1970 sur le label Flying Dutchman de Bob Thiele, la collaboration entre Scott-Heron et Thiele va s’étendre au-delà de la collection de poèmes dits sur fond de congas qui composent Small Talk At 125th And Lennox. Dès son baptême de studio, Gil Scott Heron dévoile l’œcuménisme de son regard critique en égratignant aussi bien les bourgeois afro-américains de gauche que le consumérisme de l’Amérique moyenne, pavillonnaire et décérébrée. « The Revolution Will Not Be Televised », « The Subject Was Faggots », « Whitey On The Moon »… Autant de dénonciations d’une société rongée par la vénération de l’argent, de condamnations d’un pouvoir qui table sur la bêtise humaine.

Posted in ARTISTE

Roberta Flack, l’art de transcender les couleurs et les genres

Ses complexes l’ont très tôt poussée à se réfugier dans le piano et le chant. Grâce à une voix diablement sensuelle, une détermination hors norme et surtout sa vision de musicienne qui l’a conduite dans des univers très éloignés du périmètre soul dans lequel on a voulu la cantonner, elle est devenue une artiste totale, qui a réussi à sublimer son propre destin. Et si elle reste l’immortelle interprète de killing me softly with his song, son talent va au-delà de cette seule chanson.

Posted in ALBUM

Caught Up (Millie Jackson), le mari, l’épouse et la maîtresse

Phénomène largement répandu dans le rock, les concept albums ne sont pas légion dans la musique noire américaine.Pour un Tommy (The Who), un Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band (The Beatles) et un Histoire de Melody Nelson (Gainsbourg), on ne compte que peu d’équivalents soul funk, à l’exception des délires afronautes de George Clinton. Pas l’ombre d’un as du flipper sourd, muet et aveugle, de club des cœurs solitaires du sergent Poivre ni de vol pour Sunderland dans Caught Up. Le quatrième album de Millie Jackson préfère un casting des plus classiques : le mari, l’épouse et la maîtresse.

Posted in ARTISTE

Shuggie Otis, multi-instrumentistes surdoués trop discret

C’est une histoire surprenante, Shuggie Otis, un “fils de” qui enregistre trois albums magnifiques et s’évanouit. Une disparition que l’on imputera longtemps à son caractère prétendument difficile. N’a-t-il pas refusé de remplacer Mick Taylor au sein des Rolling Stones et décliné l’offre de collaboration de Quincy Jones ?

Posted in ALBUM

Getz/Gilberto (Stan Getz & João Gilberto), mètre étalon mondial de la bossa nova

Succès et qualité sont comme le Soleil et la Lune : ils se courent après sans jamais se rencontrer, sauf, lors de rares éclipses.Tel est le cas de Getz Gilberto, un beau disque dont le succès commercial doit beaucoup à un concours de circonstances et à quelques malentendus.Au printemps 1961, le gouvernement américain donna un coup de pouce au destin du label Verve et contribua même à changer la face du jazz moderne, en envoyant le guitariste Charlie Byrd en Amérique du Sud dans le cadre d’une tournée diplomatique. Le gouvernement États-unien voyait dans l’exportation culturelle un outil politique positif. Dans ce cas, néanmoins, ce fut plutôt ce que Byrd allait importer en Amérique du Nord qui serait positif.

Posted in ALBUM

Construção (Chico Buarque), l’antépénultième syllabe du vers

S’il est un samba sans rédemption, c’est dans Construção qu’il faut le chercher… Chico Buarque n’avait nullement l’intention de chanter le drame, la mort et la fuite, quand il se présenta au public avec « A Banda » en 1966 – succès qui fut même repris par Dalida – dont le style réaliste fit de son auteur l’un des plus fiers représentants de la MPB.

Posted in ALBUM

Prose Combat (MC Solaar), oscillation élégante entre commentaire social et tranches de vie

Signé chez Polydor sur la foi de trois démos enregistrées avec le DJ Jimmy Jay dans le sous-sol d’un labo de chimie à Noisy-le-Sec, Solaar est le pur produit de la culture rap telle qu’elle s’exprime au début des années 90 : le leader d’une bande de potes, le Posse 501, qui bricole ses musiques et ses lyrics sans se soucier d’argent, de gloire ou de disques d’or.

Posted in ALBUM

What Color Is Love (Terry Callier), un chant capiteux charriant des trésors d’humanité

Contrairement aux réussites de ces artistes Chess, les premiers travaux de Callier restent confidentiels. La faute à une étiquette folk trop restrictive, mais également la conséquence d’un acte indélicat faisant partie des «  traditions »  du music business des années 1960 : The New Folk Sound Of  Terry Callier, son premier album solo, ne sera publié par l’enseigne Prestige qu’en 1968, soit quatre ans après sa réalisation initiale.

Posted in ALBUM

Gris-gris (Dr John), créature primitive du bayou et apparition de mardi gras

On peut remercier Sonny & Cher pour ce personnage historique du funk de La Nouvelle-Orléans. Alors qu’ils filment une émission de télévision à l’automne 1967, le duo fait don à l’un de ses musiciens de studio d’une partie du temps d’enregistrement qu’il a réservé : c’était Malcolm Robert Rebennack, pianiste et guitariste itinérant de la Nouvelle-Orléans.