Posted in PRODUCTEUR

Rudy Van Gelder, l’ingénieur du son Blue Note

New York, novembre 1998. Une fois encore, nous partons sur les traces de John Coltrane, astre fulgurant du jazz moderne dont la lumière n’a pas fini de rayonner, plus de trente ans après son extinction. Par une belle matinée d’été indien prolongé, nous passons au large d’Harlem. Nous allons chez Rudy Van Gelder, ingénieur du son légendaire qui a enregistré pratiquement l’ensemble des catalogues Blue Note et Prestige, qui a travaillé pour Verve avec le grand producteur Creed Taylor (c’est lui qui a enregistré deux des plus beaux albums de Jobim, Wave et Stone flower) et surtout pour Impulse pendant toutes les années 60.

Posted in ALBUM

A new perspective (Donald Byrd), pièce atypique entre jazz et gospel

A ses débuts, Donald fait son entrée dans le groupe du batteur Art Blakey et ses Jazz Messengers. Dans les années 50, il remplace Clifford Brown au sein de ce tremplin extraordinaire avec, à ses côtés, Horace Silver au piano et Lou Donaldson au saxophone. Donald Byrd
 a new perspectiveBien avant Donald Byrd a new perspective , il accompagne quelques temps le quintet de Max Roach, l’emportant peu à peu vers le courant hard bop où il croisera John Coltrane, Thelonious Monk ou Sonny Rollins.

Posted in ALBUM

But beautiful (Bill Evans, Stan Getz), l’unique Live des monstres sacrés post-bebop

Bill Evans et Stan Getz, deux des improvisateurs les plus lyriques du jazz post-bebop, n’ont presque jamais enregistré ensemble. Leur seule collaboration en studio, pour Verve en 1964, a été si infructueuse, du moins dans leur esprit, qu’ils ont contractuellement demandé à leur maison de disque de ne pas sortir l’album (Il a quand même été publié en 1973 sous le nom de « Stan Getz & Bill Evans »). En 1974, soit dix ans plus tard, ils se produisent à nouveau ensemble lors de concerts aux Pays-Bas et en Belgique. Le résultat, cette fois-ci, est bien meilleurs. Le seul autre enregistrement du duo dresse un portrait fascinant de deux jazzmen extraordinaire à l’œuvre. Mais comme l’album Verve, il est parfois teinté de frictions.

Posted in ALBUM

Buckshot LeFonque, un classique de la M.A.A.P.

Projet éphémère au nom farfelu, Buckshot LeFonque représente l’escapade hip-hop d’un grand musicien de jazz au coeur des années 90. Derrière ce pseudonyme, Branford Marsalis, saxophoniste de renom. Formé auprès d’Art Blakey, Marsalis aura joué avec tous les grands noms du jazz, de Lionel Hampton à Herbie Hancock en passant par Miles Davis.

Posted in ARTISTE

Stan Getz, au-delà du folklore du jazzman maudit et tourmenté

Au-delà du folklore du jazzman maudit et tourmenté, Stan Getz laisse l’image d’un musicien au talent particulièrement varié, capable d’interprétations d’un grand classicisme comme de vibrantes audaces musicales. Artiste de pointe de la fusion entre musiques du monde et jazz, Stan Getz reste l’une des figures les plus innovantes du jazz.

Posted in ARTISTE

Nina Simone, grande prêtresse de l’âme et voix de l’engagement

Aretha Franklin et la soul, Ella Fitzgerald et le jazz, Mahalia Jackson et le gospel, Dinah Washington et le blues… Si la plupart des grandes voix féminines ont été affiliées à un genre, il en est une qui occupe une place à part : Nina Simone. Auteur- compositeur majeure, totalement maîtresse de son art, de l’écriture jusqu’à l’interprétation, Eunice Kathleen Waymon (de son vrai nom) laisse derrière elle une œuvre forte qui embrasse tous ces styles, des versions uniques de grands classiques. S’il fallait encore souligner la dimension et l’empreinte de Nina Simone, il suffirait de constater combien sa voix, son style, sont reconnaissables en quelques mesures. La marque d’une grande, « The High Priestess of Soul ».

Posted in ALBUM

Attica Blues (Archie Shepp), vibrantes émotions black, brown and beige

Mai 1971 : dans les studios de Rudy Van Gelder, Archie Shepp enregistre son prochain album pour la firme impulse! au titre pas moins évocateur que les précédents, « Things Have Got To Change ». Septembre 1971 : une émeute éclate dans la prison d’Attica (New York), suite au décès brutal, le 21 août, de l’activiste du Black Panther Party George Jackson dans la prison de Saint Quentin.

Posted in ARTISTE

Mel Tormé, un crooner à la voix de brume veloutée

A l’instar de Buddy Rich, Sammy Davis Jr ou Mickey Rooney, Mel Tormé avait connu le lot d’expériences réservées aux enfants prodiges du show business et avait su en tirer les leçons.Il aimait rappeler : « Une des joies du chanteur de jazz est d’essayer de maintenir une part d’improvisation constante par rapport à ce qu’il interprète. Mais – et le mais est capital – à condition de ne jamais perdre de vue la valeur musicale originale que le compositeur y a mise. Et surtout ne pas sacrifier l’élément le plus important d’une chanson populaire : les paroles. »

Posted in ALBUM

Smackwater Jack (Quincy Jones), une dream team de musiciens jazz triés sur le volet

Plus encore que « Gula Matari » (1970, A&M), « Smackwater Jack » marque un tournant dans la discographie de Quincy Jones : c’est la première fois qu’il s’essaye à autant de styles en à peine 42 minutes. Jazz, blues, pop, gospel, musique de film.Quincy Jones combine tous ses savoir-faire avec une confondante facilité, au risque de tomber dans le piège du disque-catalogue, qu’il évite cependant grâce aux efforts combinés de trois producteurs : Phi Ramone, Ray Brown et Jones lui-même.

Posted in ALBUM

Kind Of Blue (Miles Davis), ou la quintessence du jazz modal

Miles vient alors de rencontrer un grand succès commercial avec Miles Ahead (1957) et Porgy & Bess (1958), deux disques enregistrés en grand ensemble sous la direction de l’arrangeur Gil Evans. Mais, en ce début d’année 1959, Miles Davis aspire à réintégrer le studio de la 30th Street avec une formation réduite. Il sait que son sextet est prêt maintenant à donner corps à son projet d’album entièrement basé sur la libre interprétation et les principes de la modalité.

Posted in ARTISTE

Keith Jarrett, partisan de l’indétermination ou l’improvisation sans filet

Keith Jarrett, pianiste, compositeur, claveciniste, organiste, saxophoniste, flûtiste et percussionniste (Allentown, Pennsylvanie, 8 mai 1945). Le plus génial improvisateur que le jazz ait connu, avec Charlie Parker. Voilà la dimension de Keith Jarrett. D’abord l’Histoire, ensuite les contingences. La statue inaugurée, examinons les détails. Opus 1. Les premières confirmations de la puissance d’expression du pianiste Keith Jarrett se trouvent entre 66 et 68 au sein du quartette de Charles Lloyd. En compagnie de Cecil McBee et Jack DeJohnette, Jarrett y apprend à faire danser le clavier. Déjà il le fait chanter à gorge déployée.

Posted in ARTISTE

Quincy Jones, celui par qui la musique américaine échappe aux catégories

En soixante-dix ans de carrière, Quincy Jones a arrangé, composé, produit et orchestré pour les artistes américains les plus légendaires : Louis Armstrong, Sarah Vaughan, Ray Charles, Barbra Streisand, Dinah Washington, Stevie Wonder, Ella Fitzgerald, Miles Davis, Frank Sinatra, ­Michael Jackson et tant d’autres encore. Be-bop, jazz, saoul, bossa-nova ou hip-hop, aucun style ne lui résiste.

Posted in ARTISTE

Tony Bennett, ou l’élégance du swing

Tony Bennett, artiste peintre et chanteur, est « l’intello » du style crooner, le plus rital des swingmen, le plus affable, le plus sympa et aussi l’un des plus doués. Frank Sinatra et les autres adoraient aller à ses spectacles, à tel point qu’on s’est mis à le surnommer « le chanteur pour les chanteurs » ! Tony Bennett, homme de goût, européen dans l’âme, n’échappe pas aux origines italiennes. Anthony Dominick Benedetto, de son vrai nom, né le 3 août 1926 à New York, a commencé sa carrière, comme beaucoup, par hasard.